Profession

Baratta et Aravena donnent des nouvelles engageantes de la Biennale de Venise

Mots clés :

Architecture

-

Manifestations culturelles

Le président et le directeur général de la 15e Mostra internationale d’architecture ont présenté, à Paris, une édition 2016 qui veut impliquer tous les acteurs de la construction.

« Pour montrer que l’architecture est un bien public, la Biennale de Venise 2016 ne mettra pas en scène que des projets réalisés, mais aussi toute la chaîne décisionnaire qui précède », a indiqué son président, Paolo Baratta, lors de la traditionnelle conférence de presse organisée à l’Institut culturel italien de Paris, ce 24 février. La manifestation internationale, très attendue à la fois par les professionnels et le grand public, ouvrira ses portes du 28 mai au 27 novembre dans les Giardini, l’Arsenale et un peu partout dans la cité lagunaire.

 

Equation complexe

 

Le thème de cette 15e Mostra d’architecture, « Reporting from the front » (« Nouvelles du front »), a été détaillé par son directeur général, l’architecte chilien Alejandro Aravena, lauréat le mois dernier du Pritzker Prize 2016. Pour lui, « cette exposition d’architecture ne doit pas être une fin en soi, mais une banque d’idées pour élargir son horizon ». Il souhaite y présenter des réponses « pertinentes » à quelques-uns des maux de la société. Selon ses mots : « inégalités, gaspillage, pollution, émigration, ségrégation, catastrophes naturelles, périphéries, logement, qualité de vie… »

Le combattant Alejandro Aravena compare l’architecture à une équation complexe que l’on peut résoudre à plusieurs. Chacun partage ses connaissances artistiques, économiques, environnementales, sociologiques ou techniques, puis l’architecte en fait « la synthèse » et lui donne « une forme ». Le Chilien invite les visiteurs à « participer à la discussion » et « donner leur avis sur les questions posées ». Son objectif est qu’ils repartent de la Biennale avec des « outils de compréhension de leur cadre de vie ».

 

Retisser des liens

 

Quid du pavillon français ? Il déclinera le thème « Nouvelles du front, nouvelles richesses ? », suivant le projet porté par l’équipe Obras/Collectif Ajap 14, choisie en octobre dernier. « A l’aide d’interviews d’élus, de citoyens et d’entrepreneurs locaux, nous présenterons douze territoires un peu oubliés dans lesquels des transformations sont l’occasion de redonner une dignité aux lieux et de retisser des liens entre les habitants », décrit l’architecte Frédéric Bonnet, cogérant de l’agence Obras. Heureux que « la France apporte une pierre à la réflexion commune » de la Biennale de Venise 2016, ce dernier a par ailleurs salué le discours d’Alejandro Aravena qu’il remercie de « rappeler que l’architecture est un engagement, une réponse aux questions sociétales ».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X