Bâtiment

Balcon en porte-à-faux: un ouvrage qui réclame une grande vigilance

Samedi 15 octobre, à Angers, un balcon situé au troisième étage d’un immeuble récent s’est effondré. Il a entrainé dans sa chute les deux balcons des étages inférieurs et causé le décès de quatre personnes. S’il est trop tôt pour identifier les causes précises du drame, plusieurs hypothèses semblent déjà à l’étude.

Le drame est encore récent. Samedi soir peu avant minuit, le balcon d’un immeuble construit en 1998 dans le centre d’Angers (Maine-et-Loire) s’effondre provoquant la mort de quatre jeunes adultes. L’ouvrage, qui semble avoir été cisaillé de façon nette, a entrainé dans sa chute les deux balcons des étages inférieurs. Après l’émotion, vient à présent le moment de l’enquête pour tenter de comprendre les causes du drame. Ce lundi, l’entreprise générale Bonnel a tenu à se dédouaner dans un communiqué envoyé à Ouest-France. Dans ce texte, l’entreprise rappelle qu’elle « exerce son métier avec rigueur et sérieux depuis plusieurs dizaines d’années, et elle n’a jamais eu à déplorer le moindre sinistre corporel. »

Concernant l’installation des balcons proprement dits, le même communiqué précise que « la société Bonnel a participé avec d’autres sociétés du...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X