Industrie/Négoce

Baisse des ventes de Castorama et de Brico Dépôt

Mots clés : Distribution

Le leader européen du bricolage, propriétaire notamment des enseignes B&Q et Screwfix en Grande-Bretagne et Castorama et Brico Dépôt en France, a enregistré un recul de son chiffre d’affaires de 1,9 % au second trimestre 2017 à périmètre constant et à taux constant. Les ventes en France ont chuté de 3,8 %.  

Kingfisher ne va pas très bien. Trimestre après trimestre, le numéro deux européen du bricolage, propriétaire notamment des enseignes B&Q et Screwfix en Grande-Bretagne et de Castorama et Brico Dépôt en France, ne cesse d’observer un effritement de ses ventes à périmètre constant et à taux de change constant. Après un recul de 0,6% le trimestre précédent, elles ont baissé de 1,9 % au deuxième trimestre clos le 31 juillet, à 3,1 Mds de livres sterling.

-5,1 % pour Brico Dépôt, +10,8 % pour Screwfix

Les raisons ? Le repli de son activité en Russie (-10,1 %) et en Espagne (-4,8 %) ainsi que l’érosion de ses ventes sur ces deux principaux marchés que sont le Royaume-Uni et en Irlande (-1 %) et la France. Ses 221 magasins métroploitains ont vu leur activité fondre de -3,8 % malgré une hausse du marché du bricolage de 0,4 % d’après les chiffres de la Banque de France. Dans le détail, Castorama a perdu 2,8 % et de Brico dépôt, 5,1 %. A noter que seul Screwfix, son réseau qui cible les professionnels et les gros bricoleurs, continue d’engranger de bons résultats en Grande Bretagne avec une croissance de son activité de 10,8 %.

Conséquence du plan One Kingfisher

Pour expliquer ce bilan maussade, le groupe britannique dirigé par Véronique Laury a mis en avant « les conséquences temporairement négatives de la mise en place d’une vaste réorganisation visant à renforcer les synergies entre ses différentes enseignes » avec notamment une forte réduction du nombre de références dans certains rayons. Ce plan, One Kingfisher, d’un coût estimé à 800 millions de livres sur cinq ans, vise à augmenter de 500 millions de livres les profits annuels avant impôt de Kingfisher à partir de la cinquième année de sa mise en place. Pour répondre aux critiques, Véronique Laury a annoncé que le groupe a « mis en œuvre des projets internes pour soutenir la performance [ du groupe] globale pour la deuxième année ».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X