Industrie/Négoce

Avez-vous budgété les ascenseurs pour grue ?

Mots clés : Ascenseur - Matériel - Equipement de chantier

Dans un peu plus d’un an, 90% des grues à tour devront être équipées d’un ascenseur. Un investissement conséquent qui tombe au mauvais moment.

Au premier janvier 2017 les grues à tour d’une hauteur supérieure ou égale à 30 m – soit 90% des grues françaises – devront impérativement être équipées d’un moyen d’accès motorisé à la cabine, d’après la recommandation R459 de la Caisse d’assurance maladie. En milieu d’année les deux principaux fournisseurs de grues, Potain et Liebherr, ont dévoilé leurs solutions techniques avec des ascenseurs soit accrochés le long de la mâture, soit directement intégrés à l’intérieur de celle-ci.

Vient maintenant l’heure des prises de commandes, pour laisser aux industriels le temps de fabrication et aux utilisateurs le temps de formation nécessaire avant la date butoir. Or force est de constater que les acheteurs ne se précipitent pas… « Il y a en France entre 3 500 et 4 000 grues à tour montées sur les chantiers. L’investissement que représente leur équipement en ascenseur est conséquent. Certaines sociétés pourront se le permettre, d’autres pas » estime Philippe Cohet, président de Matebat, premier loueur de grues à tour en France.

 

Coup de grâce

 

Lui-même à la tête d’un parc de 925 grues, il est actuellement en phase de réflexion sur la manière dont il abordera cet épineux problème. « Je suis plutôt parti sur l’idée d’ajouter cette offre à notre catalogue » dévoile-t-il. Ce qui signifie que les propriétaires de grues ne pouvant pas investir auront la possibilité de se tourner vers les loueurs pour équiper leur matériel d’un ascenseur le temps d’un chantier.

Mais Philippe Cohet reste prudent car, au-delà de l’investissement initial, les ascenseurs de grues vont générer des coûts induits. « Il faudra ajouter tout un service autour de ce matériel car l’élévation de personnes et très réglementée. Si un grutier se trouve bloqué dans un ascenseur, il n’attendra pas 24 heures pour être dépanné ! ».

Or la location de grue à tour est un secteur sinistré par plusieurs années d’un dumping effréné qui a fait descendre les prix de location jusqu’à un tarif excessivement bas. Les ascenseurs vont-ils porter le coup de grâce à cette profession fragile ? « C’est un risque » admet Philippe Cohet qui peut également y voir une opportunité. « Cela augmentera notre niveau de service et de compétence technique, ce qui justifiera une hausse de nos tarifs. Les entreprises de bâtiment, qui ont de plus en plus recours à la location, ont besoin d’une solution. L’arrivée des ascenseurs nous permet de réfléchir ensemble à la meilleure façon de faire évoluer notre prestation tout en restant dans un cadre économiquement viable pour les deux parties ».

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X