Ingénierie

Avec YelloPark, le FC Nantes lance son grand stade pour les JO 2024

Mots clés : Conception - Gestion et opérations immobilières

Waldemar Kita, le président du FC Nantes, a annoncé la construction d’un nouveau stade de 40 000 places dont la livraison est prévue pour 2019. L’opération portée par la holding personnelle du dirigeant et le groupe d’ingénierie immobilière Réalités va bénéficier d’un financement 100% privé. 

 

Le président du club de ligue 1, Waldemar Kita, a confirmé ce mardi la construction d’une enceinte de 40 000 places dont la livraison est prévue à l’été 2022. « Ce sera le plus joli, le plus moderne, le plus beau projet de France, j’en suis convaincu », a-t-il lancé lors d’une conférence de presse en compagnie de Johanna Rolland, maire de Nantes. Le patron des « canaris » s’est associé au groupe d’ingénierie immobilière Réalités qui sera son partenaire à 50-50 au sein de YelloPark, la société commune qui portera le projet. Cette dernière sera détenue à parité par Réalités et une société-sœur de Flava, la holding personnelle de Waldemar Kita, à travers laquelle il contrôle le FC Nantes.

 

<span>https://twitter.com/FCNantes/status/910074080266682368


Le nouveau stade sera bâti à partir de 2019 à proximité de l’actuel stade de la Beaujoire (37 473 places). Le club avait dans un premier temps envisagé une rénovation de l’édifice construit pour l’Euro 1984. Mais cette opération a été abandonnée. L’enceinte ne respectait plus les normes de sécurité et d’hygiènes actuelles, ce qui l’avait privée de matchs de l’Euro 2016 en France. Un projet de rénovation tribune par tribune aurait posé un problème économique, s’est défendu le dirigeant. Au final, la capacité du stade serait passée de 36/37 000 à 31/32 000 places.

 

Logements, commerces, écoles

 

Le projet dont le budget global n’a pas été communiqué s’étendra sur une surface de 23 hectares. Il hébergera également 1500 à 2000 logements, un centre de santé sportif, des commerces, un parking et même un groupe scolaire. « On parlera de chiffres à l’échelle du projet quand on aura fini la concertation, soit pas avant la fin du premier trimestre 2018 », a expliqué Johanna Rolland, la maire de Nantes. Et d’ajouter : « pour le stade lui-même, le coût serait autour de 5000 à 5500 euros la place, soit autour de 200 millions d’euros ». L’opération va bénéficier d’un financement 100% privé, une des conditions sine qua non à laquelle la maire de Nantes était très attachée.

En réutilisant le site de la Beaujoire, le FC Nantes espère ainsi limiter les travaux nécessaires. « Quand le stade à Lyon a été construit, la métropole a dû financer les abords du stade qui n’existaient pas. Là, les abords sont préexistants », a souligné Mme Rolland.

Le stade de la Beaujoire qui a notamment accueilli deux titres de champion de France (1995 et 2001) sera détruit après l’inauguration du nouveau.

Avec « YelloPark », Nantes espère accueillir des rencontres du tournoi de football des JO-2024 organisés à Paris.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X