Logement

Avec le 58-66 rue de Mouzaïa, Paris poursuit son rachat des immeubles de l’Etat

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Etat et collectivités locales - Gestion et opérations immobilières - Gouvernement

Christian Eckert, secrétaire d’Etat chargé du Budget, et Thierry Repentin, délégué interministériel à la mixité sociale dans l’habitat ont signé mercredi 29 juillet la cession par l’Etat à la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP), des immeubles situés au 58 et 66 rue de la Mouzaïa dans le 19ème arrondissement à Paris. 300 logements sociaux y seront construits.

Il aura fallu un an et neuf mois pour que l’Etat place sur la liste des terrains mobilisables aux termes de la loi Duflot de janvier 2013 sur le foncier public puis vende définitivement à la Ville de Paris, l’ensemble du 58-66 rue de Mouzaïa dans le 19e arrondissement. C’est long. Peut-être une preuve que l’Etat a du mal à se séparer de son patrimoine et dans ce cas précis on peut le comprendre : il était propriétaire depuis 40 ans des numéros 58 (bâtiment dessiné par l’architecte Claude Parent) et 66 de la rue Mouzaïa. Deux immeubles que ses service n’occupaient plus depuis… 2010.

Désormais, la vente est signée et ces deux bâtiments, le 58, vide, et le 66, qui abrite depuis 2012 un centre d’hébergement d’urgence de l’Armée du Salut, vont pouvoir être réhabilités. 284 logements sociaux y seront construits :

–  une résidence étudiante de 100 logements et un foyer pour jeunes travailleurs de 64 logements gérés par le CROUS, une résidence pour des artistes indépendants dans 14...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X