Environnement

Avec la biodiversité, le Bâtiment est appelé à entrer dans l’ère de la performance environnementale globale

Mots clés : Efficacité énergétique - Réglementation thermique et énergétique

Le rapport « Bâtiment et biodiversité » présenté lundi 14 décembre par le Plan Bâtiment Durable formule des propositions pour que la filière Bâtiment ne concentre plus ses efforts uniquement sur la performance énergétique mais adopte une vision globale de ses impacts environnementaux.

Pour mesurer l’intérêt de la biodiversité dans l’univers du Bâtiment, ce chiffre, avancé par Yves Dieulesaint, directeur responsabilité sociétale et environnementale chez Gecina  : « Le label BiodiverCity lancé il y a deux ans, rassemble aujourd’hui une trentaine d’acteurs. En 4 semaines d’existence, le label BBCA (bâtiment bas carbone) de Guillaume Poitrinal a fédéré plus de 150 membres. »

Révélateur mais peu surprenant pour un secteur, celui de la Construction, qui depuis bientôt dix ans a concentré une grande partie de ses efforts sur la performance énergétique de ses bâtiments et commence à peine (à ce titre la COP 21 a joué un rôle moteur) à se tourner vers la performance environnementale globale. « La performance énergétique n’a de sens que dans une perspective environnementale plus vaste. C’est ainsi que la biodiversité est une des composante de la future Réglementation Bâtiment responsable (RBR) 2020 », explique Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment Durable.

Autant dire donc que la reconnaissance, voire la connaissance tout court, de ce sujet est au cœur du rapport « Bâtiment et biodiversité » présenté lundi 14 décembre par le « Plan Bât' ». Ses auteurs, Yves Dieulesaint, Thibaud Gagneux, Responsable Développement durable de Poste Immo et Ingrid Nappi-Choulet, professeur-chercheur à l’ESSEC et la cinquantaine de participants au groupe de travail mis en place fin 2014, ont donc tout d’abord réalisé un nécessaire travail de pédagogie et de synthèse, et défini les grands enjeux de la biodiversité, tant au plan général qu’au plan spécifique du secteur du bâtiment et de la ville.

La biodiversité se définit aujourd’hui comme « la totalité des êtres vivants en interactions, y compris les micro-organismes et les services rendus par les écosystèmes ». Fragmentez l’habitat, laissez pulluler des espèces invasives, ou surexploitez les ressources, et les équilibres qui régissent les interactions entre tous les composants de la biosphère se rompent, conduisant par exemple au changement climatique.

 

Impacts

 

Les bâtiments et la ville durables ne peuvent plus être laissés à l’écart de cette problématique expliquent les auteurs du rapport : les activités de l’immobilier et de la construction dépendent de la biodiversité et sont également responsable de sa dégradation à travers de multiples impacts directs, comme indirects. L’extraction et la fabrication des matériaux engagent, par exemple, une responsabilité élargie de la filière et ont favorisé le développement du concept de « biodiversité grise » par analogie avec le concept d’«énergie grise ». Ainsi, « la biodiversité grise », « l’empreinte biodiversité », se comprend comme le cumul des impacts (positifs comme négatifs) sur les écosystèmes et la biodiversité, de l’ensemble du cycle de vie d’un matériau ou d’un produit.

Pourtant les parties prenantes de la filière bâtiment et immobilier font encore preuve d’une grande méconnaissance de ce sujet, notamment du fait de freins culturels et idéologiques. Dès lors, la biodiversité n’est pas prise en compte dans les services économiques, les apports des services écosystémiques ne sont pas valorisés et le secteur d’activité peu considéré et soutenu.

 

Connaissance

 

D’où les 20 propositions, chacune illustrée par des travaux déjà menés ou des références  pour reconnaitre et se réapproprier la biodiversité au service du bâtiment durable, formulées par les auteurs du rapport et organisées autour de deux leviers d’actions :

1.       La (re)connaissance et valorisation économique des fonctions, dépendances et bénéfices de la biodiversité ;

Pour améliorer les connaissances des habitants et des professionnels du bâtiment et de l’immobilier sur le traitement de la biodiversité, un important travail de reconnaissance et de valorisation de la biodiversité liée au bâti doit ainsi être engagé afin que celle-ci soit reconnue et intégrée dans le secteur au même titre que les enjeux énergétiques Ce qui passera d’après les auteurs en grande partie par l’écoute et la sensibilisation du grand public et par une formation de tous les acteurs et parties prenantes (maîtrise d’ouvrage, constructeurs, architectes, paysagistes, gestionnaires, usagers,…) pour changer leur regard sur la biodiversité et leur fournir des arguments chiffrés et concrets.

2. La (ré)appropriation de la biodiversité urbaine comme un élément clef des processus de décisions et d’actions des acteurs de la ville.

Ce second levier donne des clés de lecture pour comprendre comment la prise en compte de la biodiversité peut devenir une opportunité pour aller vers des villes durables et résilientes. Repenser la manière de concevoir, de construire, de vivre et de rénover nos bâtiments implique de dépasser certaines idées reçues, certains modes de pensée, certaines habitudes de faire. La réalisation de ces changements passe par une évolution culturelle, préalable indispensable à la formation des professionnels, à la création et au développement de nouvelles compétences et de nouveaux emplois. Des réglementations, méconnues, existent et posent la question de la prise en compte de la biodiversité par et pour les acteurs de l’immobilier. Les démarches volontaires de certifications et de labellisations doivent donc être soutenues pour que les acteurs de la filière progressent. En s’inspirant des bonnes pratiques, chaque échelle d’un territoire, d’une ville ou d’une parcelle, d’un bâtiment peut et doit contribuer à favoriser la biodiversité et faire l’objet d’une réflexion de la part des acteurs et le plus en amont possible.

A la filière désormais de se saisir de ces enjeux. L’examen dans les prochains mois, du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité ou les travaux de préfiguration de la future Agence nationale leur en donnera l’occasion.

 

Télécharger le rapport

 

 

Focus

Les 20 propositions

Proposition 1 : Remettre la biodiversité au même niveau d’attention que le changement climatique et l’énergie (sujets par ailleurs interconnectés)

Proposition 2 : Partager les démarches existantes et valoriser la diversité des contenus sur la nature en s’appuyant sur des dispositifs de communication positive

Proposition 3 : Reconstituer le lien Homme – Nature

Proposition 4 : Clarifier les rôles et les interactions des acteurs de la filière

Proposition 5 : Connaître les services rendus par la biodiversité à l’échelle de la ville

Proposition 6 : Approfondir et diffuser les outils de mesure et d’évaluation pour accélérer la prise de conscience des citoyens et des entreprises

Proposition 7 : Intégrer le thème de la biodiversité (science de la vie) dans les formations initiales à destination des futurs acteurs

Proposition 8 : Intégrer le thème de la biodiversité (science de la vie) dans les formations continues à destination des acteurs du secteur

Proposition 9 : Promouvoir l’Auto formation et enrichir les outils pédagogiques existants

Proposition 10 : Intégrer la biodiversité et l’écologie scientifique dans la conduite de projet

Proposition 11 : Développer le concept de la biodiversité grise

Proposition 12 : Promouvoir une approche globale (carbone, biodiversité)

Proposition 13 : Accompagner les méthodes et outils de reconnaissance volontaires

Proposition 14 : Prendre la biodiversité comme source de créativité et d’innovation pour un projet

Proposition 15 : Gérer les espaces verts en tant que composante d’écosystème urbain

Proposition 16 : Promouvoir, reconnaître et soutenir les filières d’approvisionnement des matériaux éco conçus et techniques de mise en oeuvre pour une biodiversité positive

Proposition 17 : Connaître et favoriser l’application de la réglementation

Proposition 18 : Soutenir / Renforcer l’intégration de la biodiversité dans les documents et démarches d’urbanisme (PLU, PC…)

Proposition 19 : Promouvoir la biodiversité dans la future réglementation du Bâtiment

Proposition 20 : Porter les enjeux de la filière dans le cadre de la préfiguration de la loi et de la création de la future Agence Française pour la Biodiversité

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X