Culture

Avant la Villa Médicis-Montfermeil, création d’un « Médicis avant les murs »

Mots clés : Manifestations culturelles

C’est re-reparti : le projet de Villa Médicis de banlieue, initié par Frédéric Mitterrand et reconfiguré par Aurélie Filippetti alors ministres de la Culture, poursuit sur sa lancée…

C’est un communiqué de presse du ministère de la Culture particulièrement cryptique qui nous l’apprend : le 23 juillet 2015 à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), une réunion de travail autour du projet « Médicis Clichy-Montfermeil » a réuni, sous la présidence de Fleur Pellerin, ministre de la Culture, les parties prenantes à la démarche. Après la « mission de préfiguration » et au terme d’une « phase stratégique » de quatre mois, place au « début du processus actif de réalisation » qui verra la ministre « s’appuyer sur l’émergence du projet in situ dès 2016 à travers un « Médicis avant les murs » ».

 

Emblème

 

Occasion pour la ministre de réaffirmer son attachement au projet, « véritable emblème de [son] offensive culturelle en faveur de la jeune création et de la diversité » et sa volonté de le faire « avancer concrètement ». Et concrètement, d’ailleurs, quoi de neuf? L’annonce de la création « dans les prochains mois » d’une « structure de préfiguration in situ » placée sous l’égide d’Olivier Meneux et dans laquelle l’État « s’investira pleinement ». Soit. Objet de ladite structure? La mise en place d’un « Médicis avant les murs », lesquels murs (ceux de l’actuelle tour Utrillo) devraient être détruits « courant 2016 ». Ce lieu d’avant le lieu, « éphémère » par nature, « fera vivre le projet avant l’achèvement du bâtiment, dont la date sera arrêtée d’ici quelques mois ».

 

Investisseurs privés

 

Sans attendre le lancement officiel du projet, « relié à la gare du Grand Paris Express à l’horizon 2019 », il s’agit pour la ministre « d’engager sans attendre un premier projet culturel et de générer la participation des habitants de l’agglomération de Clichy-Montfermeil pour ancrer l’ambition de ce projet Médicis dans la réalité du territoire ». Mais dans quel but? Pour « favoriser le dialogue avec les administrations, les grands partenaires et les artistes dans le cadre de groupes de travail, mais aussi avec le secteur privé que la ministre souhaite associer rapidement via la mise en place d’un comité d’investisseurs privés. »

 

Coopérative et partenariale

 

Enfin, Fleur Pellerin a exprimé « l’importance d’opérer rapidement un rapprochement avec d’autres collectivités, en lien avec la préfecture d’Île-de-France et les mairies de Clichy-sous-Bois et de Montfermeil, pour créer une dynamique coopérative et partenariale autour du projet dans le cadre du Grand Paris. » Cet « incubateur culturel inédit » verra l’installation, à la rentrée d’un « comité de parrainage artistique » et fera l’objet de « premières esquisses » présentées à l’occasion du prochain comité interministériel du Grand Paris.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X