Paysage

Aux Pays-Bas, Breda rôde sa gare manifeste

Mots clés : Architecture - Gares, aéroports - Gestion et opérations immobilières - Prix d'architecture - Urbanisme - aménagement urbain

Deux prix nationaux auréolent la gare de Breda, livrée en 2016 après 180 millions d’euros d’investissements : prix d’architecture pour l’ensemble immobilier conçu par Koem Van Velsen, et prix d’aménagement urbain pour l’artère douce qui le relie au centre-ville. L’équipement dessine des perspectives de développement urbain pour les décennies à venir.

5000 places pour les vélos à l’abri de la pluie, 700 stationnements pour les voitures en toiture : la gare routière et ferroviaire mise en service en 2016 à Breda reflète le rapport de force local entre l’automobile et les mobilités douces et actives, parmi les usagers des transports publics. Issu d’un programme d’Etat de modernisation de six gares néerlandaises, l’équipement s’en distingue à deux titres : « C’est à la fois la moins chère et la plus grande des six », affirme Hans Thoolen, coordinateur de la qualité urbaine de la ville de 186 000 habitants, dans la province du Brabant septentrionnal.

 

Ville dans la ville

 

Concepteur du projet, Koem Van Velsen en a obtenu la maîtrise d’œuvre après avoir ôté sa casquette d’architecte national des chemins de fer néerlandais. Son pedigree n’en contribue pas moins à hisser le projet au rang de manifeste national de la modernité ferroviaire, même si d’inévitables critiques nourrissent les commentaires des usagers : la petite dimension de l’horloge ne permet pas sa lecture à moins d’une dizaine de mètres, et l’entrée sombre ne met guère en valeur la ville dans la ville qui se cache derrière l’enceinte en brique.

 

Métamorphose

 

La diversité des fonctions rend possible l’équilibre de l’opération, qui a mobilisé 180 millions d’euros d’investissements : le pôle multimodal intègre un centre commercial de 9000 m2 ainsi que des logements et des bureaux. Mais son insertion urbaine tient d’abord à l’artère piétonne et cyclable qui le dessert : un prix national d’aménagement urbain a salué cette entrée douce qui conduit au centre-ville.

Cette distinction situe la gare dans le prolongement des grands investissements qui, depuis les années 1990, ont radicalement transformé l’image de Breda : rénovation du parc Valkenberg en 1993, puis, à la fin des années 2000, construction du quartier du Parc Chassé par Rem Koolhaas à la  place d’anciennes casernes, et réouverture de l’ancien canal, enterré et démoli au début des années 1960.

 

Puzzle urbain

 

Mais l’essentiel de l’effet paysager et urbain reste à venir. La ville utilise sa nouvelle gare pour tenter de gommer la fracture ferroviaire et sociale qui sépare le nord ouvrier et le sud patrimonial : sur 124 hectares à transformer dans les 30 ans à venir, de part et d’autre des voies tournées vers l’ouest, les services techniques de Breda ont dessiné ce que le coordonnateur de la qualité urbaine qualifie de « paysage ferroviaire ». « Le cahier des charges écrit par la ville s’imposera à tous les opérateurs qui construiront sur ces terrains », précise Hans Thoolen. La ville s’appuie sur l’attractivité nouvelle du secteur : les prix de l’immobilier ont doublé, depuis la livraison de la gare.

Le chantier des premiers morceaux du puzzle urbain s’ouvre dans le sillage des deux équipements en cours de construction : le centre des Impôts et le Palais de Justice.

 

Focus

Des français enthousiastes

Une délégation française a visité Breda les 12 et 13 octobre, à l’initiative conjointe de Sites & Cités remarquables de France et de la fédération Patrimoine Environnement. Après la relance du concours des entrées de ville et des franges urbaines en 2016, en partenariat avec Paysage Actualités, cette visite prolonge l’action des deux associations pour embellir la France périurbaine.

« Des entrées de ville apaisées, sobres et élégantes, n’exigent ni ronds-points sensationnels, ni débauche de fleurissement » : vice-président de Sites et cités remarquables de France et adjoint au maire de Chartres, Patrick Géroudet est rentré enthousiaste de Breda. Dans la reconquête des franges de la cité néerlandaise, il voit le résultat de la constance des politiques publiques locales. La ville du Brabant septentrional reflète son expérience d’adjoint au maire de Chartres : l’ouverture des vues sur la cathédrale résulte d’une volonté politique que les alternances municipales n’ont pas remises en cause. Pour souffler sur cette braise, Sites & Cités remarquables de France et Patrimoine Environnement invitent les communes de toutes tailles à préparer leur dossier pour l’édition 2018 du concours des  entrées de ville et des franges urbaines.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X