Quartier

Aux Batignolles, Anne Hidalgo fait l’éloge de sa politique de la ville

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Etat et collectivités locales - Innovations - Politique de la ville

La maire de Paris inaugurait mardi 21 juin les deux derniers programmes de logements du secteur Est de l’opération Clichy Batignolles, en rive du parc Martin Luther King. Elle en a profité pour se féliciter d’avoir tenu sa promesse de favoriser la mixité sociale et l’innovation architecturale dans les nouveaux quartiers de la capitale.

 

Depuis 2001 et la première élection de Bertrand Delanoë comme maire de Paris, Anne Hidalgo, d’abord comme adjointe chargée de l’urbanisme puis comme successeur du premier maire PS de la capitale, est en première ligne du combat pour doter Paris d’un nouveau patrimoine architectural contemporain et surtout tenter d’enrayer la fuite des classes moyennes, chassées par l’envolée des prix de l’immobilier.

Alors quand est venu, mardi 21 juin, le moment d’inaugurer les deux derniers programmes principaux* de logements du secteur Est de l’opération Clichy Batignolles, en rive du parc Martin Luther King, nouveau quartier rêvé il y a une dizaine d’années par Bertrand Delanoë, Anne Hidalgo s’est offert un instant de triomphe modeste en présence de ses adjoints Ian Brossat et Bernard Jomier, de Brigitte Kuster, maire du 17e arrondissement de Paris, d’Annick Lepetit, députée de Paris, présidente de Paris Batignolles Aménagement, de Martial Desruelles, directeur général de Linkcity Ile-de-France, d’Alain Taravella président d’Altarea Cogedim et d’Olivier de la Roussière, président de Vinci Immobilier. « C’est un bel effort collectif mais j’ai une pensée pour Bertrand Delanoë dont j’ai été l’adjointe et avec qui nous avons porté cette ambition », a-t-elle rappelé.

 

Mixité et hauteur

 

Les deux immeubles – le lot E8 (Linkcity et Altarea Cogedim) et Parc 17 (Vinci Immobilier) – sont en effet une victoire pour la maire de Paris. A plusieurs titres. Tout d’abord, la spéculation foncière a été contenue. Et la coopération avec les promoteurs privés a permis de conserver une mixité programmatique qui tenait à coeur d’Anne Hidalgo. « Contrairement aux autres grandes métropoles comme Londres ou New-York, nous avons su éviter de faire construire pour des investisseurs étrangers des immeubles dans lesquels personne ne peut se loger », confiait-elle lors d’une visite du site. « On réussit en travaillant directement sur le programme à faire revenir les classes moyennes ».

Réalisés grâce au concours de promoteurs privés ces deux immeubles représentent 62 logements à loyer maîtrisé (18,47€ le m²), 181 logements en accession, un foyer d’accueil médicalisé, un centre de consultation PMI et 900 m² d’activités hôtelières.

Victoire architecturale ensuite : le lot E8 qui se développe sur une surface totale de 16 000 m² est le premier immeuble de 50 m de hauteur de l’opération Clichy Batignolles. Une opération rendue possible par le « déplafonnement » du PLU parisien. « Nous avons été accusés d’avoir une obsession pour la hauteur, de vouloir faire des tours et des barres. Mais pas du tout ! s’est défendue Anne Hidalgo. Il n’est pas question de faire de la hauteur partout, mais de se donner la possibilité de le faire dans les nouveaux quartiers, d’offrir une nouvelle perspective aux architectes pour construire le patrimoine de demain. »

2 400 habitants vivent désormais dans ce nouveau quartier équipé de 3 300 m² de commerces en pied d’immeubles, d’une crèche, de deux groupes scolaires ouverts successivement aux rentrées 2013 et 2015, de deux Ehpad et d’une résidence étudiante. A terme, avec la réalisation du secteur ouest du quartier, ce seront 7 500 habitants qui occuperont les 3 400 logements sur les 54 ha du quartier. Qui offrira également 154 000 m² de bureaux et un lien direct avec la future cité judiciaire.

Pour finir, Anne Hidalgo avait un dernier message à l’intention de ses opposants : « Cette proposition de ville que nous faisons est une belle proposition. On va continuer et nous allons gagner ».

 

 

Fiche technique

Maître d’ouvrage de la Zac : Paris Batignolles Aménagement

Concepteurs : Architecte, urbaniste coordonnateur : François Grether. Paysagiste : Jacqueline Osty. BET et mandataire de l’équipe de maîtrise d’oeuvre : OGI

Lot E5 :

Opérateur : VINCI immobilier 

Architecte : Francis Soler

Lot E8 :

Opérateurs : Altarea Cogedim et Linkcity

Gestionnaire des logements à loyer maîtrisé : Novedis 

Gestionnaire FAM : Fédération APAJH.

Architectes : Gausa + Raveau et Avenier Cornejo

* Un petit programme de 49 logements sociaux restera encore à livrer en 2018 à l’angle de la rue Bernard Buffet et de l’avenue de Clichy.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X