Transport et infrastructures

Autoroutes: un plan d’un milliard d’euros financé par les collectivités et les usagers

Mots clés : Etat et collectivités locales - Gouvernement - Réseau routier

Le secrétaire d’Etat aux transports Alain Vidalies prépare un plan d’un milliard d’euros pour améliorer le réseau autoroutier. Il sera financé par les usagers, via une augmentation des péages, et par les collectivités, déclare-t-il dans une interview au JDD.

« Validé » par François Hollande, ce plan d’un milliard d’euros à destination des autoroutes porte sur des projets déjà « avancés, au niveau des études ou des déclarations d’utilité publique ». « Nous avons recensé les demandes des collectivités et établi une liste précise – qui n’est pas fermée – de 50 dossiers. Il y a 30 opérations routières, type échangeurs, véritablement d’intérêt pour les territoires ».

 

 

S’y ajoutent 20 projets entièrement financés par les sociétés d’autoroutes: 4 programmes de création d’aires de covoiturage (4 800 places créées sur plus de 60 sites) et 16 projets à caractère environnemental: éco-ponts pour le passage de la faune, murs anti-bruit, aménagements de bassins de traitement d’eau, ….

Ce milliard d’euros de travaux d’ici 2019 devait permettre de créer 5 000 emplois, souligne-t-il. Et devrait fournir une nouvelle bouffée d’oxygène aux travaux publics qui tentent de se sortir de la crise sans précédent qu’ils ont connu jusqu’ici. La fédération nationale des travaux publics (FNTP) se félicite ainsi de ce nouveau plan de relance, qu’elle perçoit comme « une très bonne nouvelle pour le secteur et pour la compétitivité du pays, qui voit renforcer sa cohésion territoriale par cette multitude de petits projets utiles rendant le réseau autoroutier plus performant ». La FNTP applaudit aussi le choix de faire financer les projets par l’usager, une solution qu’elle prône depuis longtemps. L’exécutif a en effet décider de ne pas faire financer ces travaux par les sociétés d’autoroute en échange d’un allongement de leur contrat de concession car la procédure « prendrait trop de temps ».

 

Des travaux d’ici à fin 2017

 

Le secrétaire d’Etat demande aux préfets de région d’engager des négociations avec les collectivités locales. Avec l’objectif de les finaliser d’ici au 30 septembre pour « engager les premiers travaux à la fin de l’année 2017.

« La négociation qui doit s’ouvrir demain porte sur l’accord des collectivités locales concernant leur participation. Et le reste sera financé par une augmentation du tarif des péages, qui sera comprise entre 0,3% et 0,4% par an entre 2018 et 2020 », explique Alain Vidalies au JDD.

« L’impact de l’augmentation sera faible. Par exemple, chez Cofiroute, l’augmentation prévue pour 2018 dans le contrat de concession est de 1,46%; on passerait à 1,76%. Prévue chez d’autres à 1,15%, elle monterait à 1,45%. Tout sera contrôlé par une autorité indépendante, l’Arafer », précise encore Alain Vidalies.

Le ministre des Transports s’est déclaré confiant dans le fait d’obtenir le financement des collectivités. « Ce ne sont pas des investissements disproportionnés, dans une période où les conditions d’emprunt sont bonnes avec des taux très bas », a-t-il justifié.

S’agissant de la clef de répartition globale, « elle n’est pas définie à ce stade et dépendra des discussions qui s’engagent aujourd’hui avec les collectivités locales, projet par projet », précise le Secrétariat d’Etat aux transports au Moniteur.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X