Transport et infrastructures

Autoroutes : hausse des tarifs, mais 3,27 milliards d’euros de travaux

Mots clés : Coûts et prix - Entreprise du BTP - Réseau routier

1er février 2016, une date noire pour les automobilistes qui voient les péages d’autoroutes augmenter de 1,12 % en moyenne. En contrepartie, les principales sociétés concessionnaires, dont Vinci, APPR, Sanef ou ASF prévoient d’investir 3,27 milliards d’euros dans une trentaine d’opérations. Certains chantiers ont déjà démarré.

Rappelez-vous, le bras de fer, qui s’était engagé entre les concessionnaires et l’Etat après un rapport de l’Autorité de la concurrence qui faisait état de la « rente » de ces sociétés, s’est soldé en avril 2015 par un accord, prévoyant notamment un gel des tarifs de péages autoroutiers pour 2015. Mais un gel éphémère puisque la hausse prévue sera bien appliquée au-delà, mais étalée sur les 8 années suivantes. On y est, les tarifs de péages ont été relevés à compter du 1er février 2016 de 1,12 %.

En échange, et moyennant un allongement moyen de 2,5 années de leurs concessions, les sociétés concessionnaires d’autoroutes (SCA) vont participer au plan de relance autoroutier, soit un investissement de 3,2 milliards d’euros sur une trentaine d’opérations sur l’ensemble du territoire qui doivent faire travailler petites et moyennes entreprises (voir carte des travaux). Et apporter une bouffée d’oxygène aux entreprises de travaux publics. La plupart des travaux seront lancés dans les trois prochaines années.

Toujours selon l’accord, les sociétés d’autoroutes vont, en plus, financer l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (Afitf) à hauteur d’un milliard d’euros sur la durée de leurs concessions et verser 200 millions d’euros à un fonds de financement d’infrastructures géré par la Caisse des dépôts.

Ce 1er février voit la hausse des tarifs des autoroutes, mais aussi l’étendue des missions de l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer) aux autoroutes (instituée par la loi Macron). A peine investie de ses nouvelles compétences, que l’Arafer a publié (le 28 janvier) un avis défavorable sur le projet de décret relatif aux autoroutes concédées, fixant son rôle par rapport aux sociétés concessionnaires et définissant les procédures de passation et de contrôle des marchés passés.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X