Collectivités territoriales

Au salon des maires, les élus et les travaux publics font cause commune

Devant 1 200 maires invités par la fédération nationale des travaux publics (FNTP) à partager un déjeuner, François Baroin, président de l’Association des maires de France et Bruno Cavagné, président de la FNTP, ont mis en avant le combat qu’ils mènent conjointement: celui de la préservation de l’investissement public au service du développement des territoires.

« Investissez-vous ?! » et « Ensemble faisons cause commune ». Les deux slogans de la FNTP et de  l’AMF  convergent naturellement sur le sujet de l’investissement public. François Baroin, président de l’AMF, l’a martelé le 31 mai lors de son intervention au cocktail organisé par la FNTP au salon des maires et des collectivités locales, en présence de 1 200 maires et de centaines d’entrepreneurs : « S’il y a bien un sujet que nous avons en partage, c’est celui de la préservation de l’investissement de la commande publique au service du développement de nos territoires. »

Evoquant la baisse de dotation subie de plein fouet par les collectivités locales, la prolifération des normes, les réformes territoriales sans fin, et la situation de crise sans précédent (depuis trente ans) que connaissent les entreprises de travaux publics, Bruno Cavagné, président de la FNTP, était au diapason du président de l’AMF : « nous sommes donc, vous élus locaux comme nous entrepreneurs de TP, dans le même tunnel. Face à la crise, face à l’urgence », a-t-il lancé.

 

Sans capacité d’autofinancement, point d’investissement

 

Conscient de la situation critique vécue par les collectivités locales, Bruno Cavagné les a néanmoins enjoint à investir, « parce que l’entretien de notre patrimoine en infrastructures ne peut plus attendre ». Et le président de la FNTP de leur rappeler que de nombreux financements étaient disponibles – dotation d’équipement des territoires ruraux, fonds de péréquation, prêts longs termes de la CDC, FCTVA- pour investir. Une remarque que François Baroin a saisi au bond : «Ces outils que vous évoquez ne toucheront malheureusement pas leurs cibles ! On peut inventer tous les prêts à taux zéro du monde, tous les fonds d’investissement d’accompagnement, un maire qui n’a pas de capacité d’autofinancement ne produira pas d’investissement. Si cette capacité se rapproche de zéro, il courra le risque d’être mis sous tutelle par le préfet ».

 

Les élus mettent le frein à main sur l’investissement

 

Or cette capacité d’autofinancement devrait « s’effonder à partir de 2017 », a affirmé François Baroin, qui fustige la pression budgétaire mise –injustement- sur les collectivités locales.  « L’effort de réduction demandé par l’Etat aux collectivités locales en général et au bloc communal en particulier est insoutenable : en cumul, ce sont 28 milliards d’euros d’effort qui nous sont demandés, soit l’équivalent de plus de la moitié d’une année globale d’investissement d’un grand pays comme la France. Pour s’adapter, les élus, peu enclins à actionner le levier fiscal, ont fait massivement le choix de mettre le frein à main sur l’investissement ».  

La cause commune aux élus et aux entrepreneurs de TP est entendue : il s’agit de soutenir le développement des territoires à travers à l’investissement public. C’est pourquoi François Baroin en conclusion de son intervention a redit l’impérieuse nécessité de supprimer la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités locales prévue pour 2017 (3,7 milliards d’euros). Un message directement adressé à François Hollande, qui viendra clôturer le Congrès des maires, le jeudi 2 juin.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X