Chantiers

Au pied de la colline de Lascaux, le centre international d’art pariétal sort de terre

Mots clés : Fondation

Ce jeudi 19 mai, Antoine Metzger, président du directoire du groupe NGE, a visité le chantier de construction du centre international de l’art pariétal réalisé à Montignac en Dordogne au pied de la colline sanctuarisée de Lascaux. Ses trois filiales, Lagarrigue, Sud Fondations et Siorat, sont mobilisées sur ce chantier très complexe.

Chantier majeur du conseil départemental de la Dordogne, le centre international de l’art pariétal Montignac-Lascaux, dit Lascaux 4, est sorti de terre. Pour prendre la mesure de ce chantier qui mobilise trois filiales de son groupe (Lagarrigue, Sud Fondations, Siorat) et représente un marché de 17,5 millions d’euros, Antoine Metzger, président du directoire de NGE, est venu le 19 mai sur place. Il a eu la primeur de visiter le fac-similé de la grotte originelle de Lascaux.

 

Bâtiment conçu comme un paysage

 

Pièce maîtresse du bâtiment conçu comme un paysage par les architectes de l’agence norvégienne Snøhetta, ce fac-similé est quasiment terminé. Les copies des peintures pariétales réalisées sur des voiles de pierres par l’Atelier des fac-similés du Périgord ont été posées en mars.

Lagarrigue, mandataire du macrolot gros œuvre, est actuellement à pied d’œuvre pour faire les jonctions. «Notre sous-traitant AAB a réalisé une ossature métallique moulée grâce au relevé géométrique de la grotte originelle. Ensuite, il a posé une première couche structurelle d’enduit à base de ciment, puis rajouté 8 cm de béton coloré et resculpté sur le modèle de la géométrie de la grotte. Le tout est ensuite patiné pour obtenir le rendu final», explique Cédric Litre, conducteur de travaux chez Lagarrigue. «Tout est remis comme dans la vraie grotte. Le visiteur descendra six mètres sous terre. La température sera autour de 15°. L’espace est relativement restreint», poursuit David Lambert, technicien du service des bâtiments du conseil départemental de la Dordogne, pilote de l’opération.

 

Solutions spécifiques

 

Pour répondre au parti de Snøhetta d’une intégration maximale dans le site de l’équipement, Lagarrigue, Sud Fondations et Siorat ont chacune imaginé et réalisé des solutions spécifiques. Ainsi, la volonté de tirer parti du paysage et des aspérités du lieu a imposé le choix du béton pour les sols (intérieurs et extérieurs), les parois, la toiture-terrasse et le bandeau de façade. Au total, 15 000 m2 de béton architectonique autoplaçant finition sablée ont été mis en œuvre pour ce bâtiment de 150 m de long et 60 m de large.

Snøhetta a voulu un béton gris clair à l’aspect le plus brut possible avec une alternance de bandes lisses et sablées pour évoquer la roche. Pour répondre à cette demande, Lagarrigue a créé des prototypes et coulé en place 95% des ouvrages.

 

Limiter l’impact

 

L’autre prouesse technique est la réalisation du bandeau de façade architectural de 170 m de long et qui fait jusqu’à 50 cm d’épaisseur. D’un seul tenant, il s’accroche à une structure métallique, elle-même posée sur deux poteaux de 6 mètres de hauteur. Elle supporte une toiture, dont le niveau, au droit de la paroi arrière, correspond à celui du terrain naturel.

Pour limiter l’impact du bâtiment sur la colline de Lascaux désormais sanctuarisée, Sud Fondations a «taillé» verticalement en lisière de forêt pour dégager l’emprise du bâtiment sans toucher aux arbres existants. Ainsi, une paroi «parisienne» (1400 m2, 104 pieux, 220 ml de développé, 63 tirants câbles définitifs) constitue le mur arrière de l’ouvrage. Par ailleurs, des sols faiblement porteurs ont obligé Sud fondations à poser 435 pieux de 70 cm de diamètre. Ensuite, toujours en lisière de bois, la filiale de NGE a posé une paroi clouée (240 m2, 350 ml d’ancrages) pour dégager la zone où se situe l’accès haut de la grotte.

 

Ouverture au public le 15 décembre 2016

 

Aujourd’hui, le gros œuvre est terminé à 90% et les travaux de second œuvre sont en cours de finition. En parallèle, les éléments scénographiques, qui sont un aspect fondamental du projet qui a pour ambition de mettre le visiteur dans les conditions réelles de visite d’une grotte, sont en cours de réalisation. Ils doivent être installés en juillet 2016. Vont suivre trois mois de test du fonctionnement des ouvrages et de formation du personnel.

L’ouverture au public de l’équipement est annoncée le 15 décembre 2016. Il proposera aux visiteurs une introduction à l’art pariétal grâce à un cheminement à travers des salles d’exposition, un lieu d’orientation et une copie de la grotte de Lascaux. Avec ce nouveau lieu, le conseil départemental de la Dordogne attend 400 000 visiteurs.

 

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage: conseil départemental de la Dordogne.

Architecte mandataire et paysagiste: Snøhetta.

Architecte associé phase étude: Duncan Lewis Scape Architecture.

Architecte d’opération: SRA Architectes.

Scénographe: Casson Mann.

Parcours virtuel: Jangled Nerves.

Economiste de la construction: VPEAS.

BET: Khephren Ingénierie (structure), Alto Ingénierie (fluides et VRD), RFR (façades et verrières), 8’18’’ (concepteur lumière), commins dBlab (acoustique).

Entreprises: Lagarrigue SAS (mandataire), SAS Coveris, SARL Lacoste, Artisans du bois SARL, Revêtements de sols-carrelage-Faïence: SAS Ets Brel, SAS Eiffage Energie Thermie Sud-Ouest, Spie Sud Ouest SAS. SARL Aubareil Quercynox. SA Kone.

Coût total de l’opération: 57 millions d’euros HT.

Coût travaux: 35 millions d’euros HT pour le bâtiment.

Surface de plancher: 10 000 m2.

Superficie du terrain: 53 065 m2.

Livraison: été 2016.

 

Focus

Le fac-similé

Lagarrigue a confié à la société AAB la réalisation de la copie de la grotte originelle de Lascaux qui a été entièrement reconstitué. Elle a travaillé sur la base d’un fichier numérique 3D qui a donné la géométrie de la grotte originelle. Cela lui a permis de réaliser l’ossature métallique. En parallèle, l’Atelier des Fac-similés du Périgord a réalisé en atelier les peintures pariétales sur des voiles de pierres. Elles représentent une superficie de 500 m2 sur les 1 000 m2 au total.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X