Logement

Au nord-ouest de Toulouse, Vinci Immobilier construit un «îlot autonomie»

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Entreprise du BTP - Gestion et opérations immobilières - Urbanisme - aménagement urbain

Lauréat du concours lancé par l’aménageur de la ZAC Andromède à Blagnac, au nord-ouest de Toulouse, Vinci Immobilier, associé au bailleur social La Cité-jardin, construit 78 logements évolutifs et adaptables. L’opération pilote comprend un living-lab.

Connue pour accueillir le siège d’Airbus Group, l’usine d’assemblage de l’A380 et l’aéroport, Blagnac ne se limite pas aux avions. La commune du nord-ouest toulousain veut se distinguer aussi par des projets innovants en matière d’aide à la personne. L’«îlot autonomie» ou résidence Cérès, situé dans la rue principale de la ZAC Andromède à proximité de commerces et de services, en fait partie.

D’ailleurs, des universitaires, des médecins, des spécialistes de la gérontologie, des élus, dont le président de Toulouse métropole, Jean-Luc Moudenc, étaient présents, ce mardi 11 octobre, pour assister à la cérémonie de la pose de la première pierre de l’opération réalisée par Vinci Immobilier en association avec le bailleur social La cité-jardin. Pilote, elle s’inscrit dans une démarche régionale de «silver economy».

 

Maison intelligente

 

Le maire de Blagnac Bernard Keller n’a pas manqué de rappeler la genèse de l’ensemble immobilier (6 000 m2 de surface de plancher) de 58 logements collectifs et 20 maisons individuelles. «L’idée est née en 2008 au moment où l’IUT de Blagnac a mis en place une formation «aide et assistance au monitoring et au maintien à domicile». Ce projet a conduit à la création, deux ans plus tard, de la «maison intelligente» conçue comme un outil de formation et d’expérimentation par l’IUT et le Laas. Une fois cela fait, nous avons eu envie de faire entrer cela dans la vraie vie», raconte-t-il.

Conseiller métropolitain et conseiller régional, ce dernier n’a pas manqué d’activer son réseau pour faire de ce projet une réalité. Deux ans ont été nécessaires entre l’appel à candidatures d’Oppidea, la SEM d’aménagement de Toulouse Métropole, et la pose de la première pierre. Et c’est l’équipe composée de Vinci immobilier, du bailleur social La Cité-jardin et de l’agence d’architecture Arua, qui a emporté le morceau.

 

Opération pilote

 

Sur les 78 logements qui sortiront de terre au premier trimestre 2018, 18 sont sociaux. Ces derniers sont construits en Vefa par Vinci Immobilier pour le compte de La Cité-jardin. Tous pré-équipés en domotique et services connectés, ils seront évolutifs et adaptables. Dans cette opération pilote, Vinci Immobilier a intégré son concept Evolio: «Il consiste à penser le logement en amont pour y faire évoluer le niveau d’équipements au fil des années et à moindre coût. Il y a une partie de base qui permet le contrôle des volets roulants électriques, de la lumière et du chauffage. Ensuite, en fonction des besoins, seront appliquées des solutions techniques ou technologiques sans travaux», explique Philippe de Villèle, directeur général adjoint Vinci Immobilier Sud-ouest, Bretagne et Pays-de-la-Loire.

Par exemple, les cloisons sont renforcées pour intégrer des barres de maintien dans les douches et WC, tous les escaliers sont droits et adossés à un mur béton pour qu’on puisse y mettre un élévateur.

 

Living-lab

 

Pilote, l’opération l’est surtout pour le living-lab installé dans 250 m2 au pied de l’immeuble collectif. La Cité-jardin en sera le propriétaire. Il servira de showroom à des entreprises ou fournisseurs, à tester des solutions mises au point en fonction des fragilités identifiées au sein de la résidence et à l’échelle du quartier. «C’est un laboratoire de co-innovation plaçant l’utilisateur au centre du dispositif afin d’imaginer, développer et créer les services ou les outils. Nous allons accueillir les retours d’expérience des occupants et proposer en liaison avec l’IUT des solutions pour faciliter leur quotidien», explique Maryse Prat, directrice de La Cité-jardin.

 

Axe de développement

 

Rien ne sera dit sur le surcoût lié à l’adaptabilité des logements. En tout cas, pour Vinci Immobilier, les résidences pour seniors et pur étudiants sont un axe de développement. Présent ce 11 octobre, lors de la pose de la première pierre, Bruno Derville, le directeur général de Vinci Immobilier, a ainsi souligné que la résidence Cérès «représente un mouvement vers lequel nous souhaitons tendre. Nous nous intéressons à l’évolution des usages au sein d’un même logement», a-t-il confirmé. D’ailleurs, le promoteur va bientôt choisir le groupement de fournisseurs qui va l’accompagner pour l’équipement domotique de toutes ses opérations au niveau national.

En France, il a actuellement dans les cartons un millier de logements, soit cinq résidences pour seniors et autant de résidences pour étudiants. Pour accompagner les clients et investisseurs, il s’appuie sur ses filiales Ovelia et Student Factory. Par exemple, avec Ovelia, société lyonnaise spécialiste des résidences services pour seniors acquise en 2014, il table sur cinq nouvelles structures par an, en cœur de ville. C’est à Toulouse qu’ont ouvert les deux premières, sur quatre aujourd’hui en exploitation en France.

 

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage: Vinci Immobilier.

Maîtrise d’œuvre: Arua (mission complète conception-réalisation), OTCE (VRD), EBM (BET béton).

Entreprises: Tepasso (gros œuvre des logements collectifs), Moreira (gros œuvre des villas), Couserans (enduits extérieurs), ETS (étanchéité), Sylvea (bardage des villas), Dubarry (charpente, couverture, zinguerie), PMP (plâtrerie), JBI (isolation), STM (menuiseries aluminium), Oxxo Evolution (menuiseries extérieures, PVC), MDA (menuiseries intérieures), Murelec (électricité, courants faibles), Amardeilh (plomberie, chauffage gaz), Euroceram (revêtements de sols durs-faïences), ERZH (revêtements de sols stratifiés), EPE (peinture-tapisserie-sols souples), PMMA (serrurerie), Orona (ascenseur).

Surface plancher: 6 1OO m2.

Coût travaux: 7,3 millions d’euros HT.

 

Focus

Vinci Immobilier dans le sud-ouest

Dans le sud-ouest, la direction régionale Vinci Immobilier couvre les territoires de l’ex-région Midi-Pyrénées, celui correspondant à la Nouvelle Aquitaine, ainsi que la Bretagne et les Pays de la Loire. En 2O17, elle table sur un chiffre d’affaires d’opérations autour de 15O millions d’euros. En 2O16, comme en 2O17, elle devrait réserver près de 1 5OO logements, dont 6OO en région toulousaine, 6OO en Nouvelle Aquitaine et 2OO dans le reste de sa zone. Parmi les opérations emblématiques figure le «Quai 8.2 à Bordeaux», à proximité de la future gare LGV. Sur 43 OOO m2, en copromotion avec ANF, vont être construits 29 5OO m2 de bureaux, deux hôtels, 3 OOO m2 commerces et une résidence pour étudiants.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X