Projets

Au centre Pompidou, la BPI projette un retournement de situation

Mots clés : Architecture - Bibliothèques, centres de documentation et de consultation d'archives

En mai dernier, l’atelier d’architecture Canal a été désigné pour réaménager la Bibliothèque publique d’information (BPI) installée dans le centre Pompidou, depuis son ouverture en 1977 dans le centre de Paris. En 2021, l’établissement aura retrouvé certaines de ses dispositions d’origine comme l’accès par l’entrée principale de l’édifice, côté Piazza, et les grands plateaux libres pensés par les architectes Renzo Piano et Richard Rogers.

Plus question de se contenter de la porte arrière ! Au centre Pompidou, dans le IVe arrondissement de Paris, la Bibliothèque publique d’information (BPI) entend retrouver son accès d’origine par l’entrée principale du bâtiment, côté piazza, et par la mythique chenille, comme on appelle les tubes des escalators suspendus en façade. En effet, depuis la rénovation complète de l’édifice réalisée à l’aube de l’an 2000, l’institution est dotée d’une entrée distincte du côté de la rue Beaubourg, soit de l’autre côté de l’édifice. A l’époque, le choix avait été fait de réserver l’usage de la chenille aux visiteurs munis de billets. Or, à la bibliothèque, l’entrée est gratuite. Depuis 17 ans, les lecteurs sont donc relégués sur le versant le moins reluisant du centre, au plus près de la circulation automobile et des pigeons perchés dans la structure. La position est d’autant plus inconfortable que la BPI, qui reçoit 1,4 million d’usagers par an, est aussi célèbre pour la richesse de ses collections et la jeunesse de sa population majoritairement étudiante que pour la longueur de sa file d’attente à l’entrée.

Le nouveau retournement de la situation programmé par la BPI suppose un réaménagement assez lourd de ses espaces. En mai dernier, l’atelier d’architecture Canal a été désigné sur concours pour opérer cette transformation qui sera menée sous la maîtrise d’ouvrage déléguée de l’Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la Culture (OPPIC). L’équipe lauréate a notamment repensé la circulation des lecteurs sur les trois niveaux de l’établissement.

 

 

Ainsi, la grande trémie, percée lors de la création de l’accès par la rue Beaubourg, devra être rebouchée. Deux nouveaux escaliers viendront prendre place au cœur des plateaux permettant des échanges plus fluides entre les différents étages… d’autant plus que ces volées de marches ne seront pas encapsulées entre des parois coupe-feu. Pour respecter les règles de sécurité incendie, Canal Architecture a proposé d’avoir plutôt recours à des systèmes de rideaux rétractables, comme le Forum des Halles en a lui-même installés lors de sa récente rénovation. Ces grandes jupes, qui tomberont pour couvrir les circulations verticales en cas de besoin, auront donc le mérite d’être invisibles le reste du temps.

En effet, une des grandes ambitions du projet est de renouer avec l’esprit d’origine de ce lieu conçus par les architectes Renzo Piano et Richard Rogers et en particulier avec leur principe des grands plateaux libres. « Nous souhaitons dégager les perspectives sur la largeur mais aussi sur la longueur de ces espaces, explique Patrick Rubin, l’un des architectes fondateurs de Canal Architecture. Pour cela il faudra supprimer toutes les « boîtes » qui se sont accumulées. » Dans le même temps, seront aussi créées les installations nécessaires aux « nouveaux usages », explique sa directrice, Christine Carrier, qui évoque des espaces dédiés à la recherche d’emploi, de nouveaux ateliers ou encore un périmètre véritablement consacré aux expositions. Patrick Rubin souligne : « nous ne sommes pas là dans un projet d’aménagement d’intérieur mais dans la redéfinition d’une organisation globale ».

 

 

Alors si le réaménagement est officiellement dit « partiel », puisqu’il impactera 6 500 m² (circulations comprises) des 10 400 m² de la BPI, la nouvelle logique instaurée par le projet devrait néanmoins se propager dans ses moindres recoins. Pour matérialiser cette recomposition, l’équipe de maîtrise d’œuvre fera d’ailleurs courir au plafond un « réseau filaire ». Porteurs de signalétique, ces longs bandeaux lumineux dessineront une arborescence qui guidera les usagers.

Ce chantier, d’un montant de 7,2 M€ HT, sera mené en plusieurs phases en site occupé et devrait aboutir au premier trimestre 2021… Son lancement, prévu au premier trimestre 2019, a dû être calé sur une autre opération majeure du centre Pompidou qui débutera, elle, en 2018. La rénovation de la chenille et de ses escaliers mécaniques, confiée à Egis (mandataire) et l’agence parisienne de Renzo Piano, devra en effet être achevée avant que la BPI puisse entamer son retour sur le devant de la scène.

 

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Bibliothèque publique d’information (BPI), déléguée : l’Opérateur du patrimoine
et des projets immobiliers de la Culture (OPPIC).

Maîtrise d’œuvre : Canal Architecture (Patrick Rubin et Annie Le Bot) avec Parica (BET généraliste), Itac (BET acoustique), Tribu (BET environnement), Speeg + Michel et Associés (éclairage) et Thanh Phong Lê (signalétique).

Surface d’intervention : 6 5OO m² SU.

Coût : 7,2 M€ HT.

Calendrier prévisionnel : lancement des travaux : 2O19, achèvement complet : 2O2O.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X