Industrie/Négoce

Au bord du Canal de l’Ourcq, Eqiom remet sa centrale à béton à flot

Mots clés : Béton - Industriels du BTP - Transport fluvial - Urbanisme - aménagement urbain

Le groupe industriel Eqiom, anciennement Holcim France, a investi 3 millions d’euros pour moderniser sa centrale à béton située en bordure du canal de l’Ourcq, à Pantin (Seine-Saint-Denis). En plus d’augmenter la capacité de production, la réhabilitation a permis de fondre le site industriel dans le projet urbain de la ZAC du Port.

La réhabilitation de la ZAC du Port de Pantin (Seine-Saint-Denis) va bon train aux abords du canal de l’Ourcq. Si la reconversion des anciens Magasins généraux des douanes en logements suit son cours, sur la rive d’en face, un site industriel datant de 1990 vient d’achever sa mue, porté par cette vague de modernisation du quartier. Le 29 juin, le groupe Eqiom (anciennement Holcim France), spécialiste des matériaux de construction, a inauguré sa centrale à béton après une réhabilitation lourde entamée en septembre 2015. L’entreprise, rachetée par le groupe irlandais CRH il y a un an, a investi 3 millions d’euros pour moderniser les équipements industriels du site et lui permettre de mieux s’inscrire dans le projet de la ZAC porté par la mairie de Pantin. « L’un des principaux changements est d’avoir dégagé et sécurisé le quai de halage pour les promeneurs et les cyclistes », indique Xavier Barth, directeur d’Eqiom Bétons pour la région Ile-de-France/Normandie.

Auparavant organisés sur les berges du canal, le stationnement des dix camions affectés à la centrale et leur chargement se font désormais dans une zone située à l’intérieur du site. Néanmoins, 80% des granulats nécessaires à la fabrication des quatre types de  sont encore livrés par voie d’eau : une passerelle a donc été imaginée afin de sécuriser le passage des promeneurs pendant le déchargement de la péniche quotidienne. « Sur le plan architectural, nous voulions que la centrale s’intègre mieux dans son environnement, c’est pourquoi nous avons choisi de jouer le côté graphique vertical des silos de stockage de ciment et un habillage fait de lignes horizontales symbolisant le mouvement de l’eau », décrit le directeur régional. Sur le plan industriel, Eqiom en a notamment profité pour remplacer le malaxeur de la centrale d’une capacité de 2,5 m³ par un nouveau de 3 m³. La capacité de production de béton prêt à l’emploi va ainsi monter à 80 m³/heure et près de 100 000 m³ à l’année, anticipent les équipes.

Avec cet investissement, le groupe entend bien prendre sa part dans les projets d’infrastructures et de logements qui émergent avec le Grand Paris. Et conforte sa position en Ile-de-France en rénovant ses unités de production locales : sur la Seine, un permis sera déposé cet été pour la réhabilitation de sa centrale à béton du Q uai de la Révolution à Alfortville (Val-de-Marne) , et, un peu plus loin sur le canal de l’Ourcq, le site de Bondy (Seine-Saint-Denis) va lui aussi être modernisé dans les cinq ans.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X