Paysage

Atelier Villes & Paysages se recentre sur la conception

Après avoir réduit sa taille de moitié, Atelier Villes & Paysages engage sa refondation autour de deux axes majeurs : priorité à la conception sur le suivi de chantier et renforcement à l’international. 

47 salariés en 2015 au lieu de 88 en 2014 : l’ancien leader de la conception paysagère subit de plein fouet la chute de la commande publique locale. Créée à Mulhouse voici une vingtaine d’années sous la houlette de Jean-Marc Bouillon, président de la Fédération française du paysage, l’ancien Atelier du Paysage a déménagé son siège en 2008 à Lyon pour entrer dans le groupe Egis, filiale de la Caisse des dépôts, sous son nom actuel Atleier Villes & Paysages.

En 2011, le développement a atteint son point culminant, avec 118 salariés. La décélération qui a suivi n’a pas suffi pour empêcher le plan de sauvegarde de l’emploi lancé fin 2014, suite à deux exercices soldés avec des pertes importantes. Le recalibrage répond à un objectif de 5,5 millions d’euros de chiffres d’affaires en 2015. Sans compter l’implantation de Nouméa où deux permanents suivent la réalisation d’une Zac de 1 000 hectares, le nombre d’agences passe de huit à quatre : autour du siège lyonnais, l’Atelier s’appuiera sur ses équipes basées à Toulouse, Mulhouse et Paris.

Prix trop bas

 

Le recentrage sur la conception découle de l’analyse des relations avec la maison mère : « Nous nous sommes parfois égarés en répondant à des offres trop diverses, mal calibrées et trop peu rémunérées », reconnaît Vincent Roger, compagnon des premières heures de l’Atelier du paysage. L’acceptation des suivis de chantier dépendra désormais d’une réflexion approfondie et d’un souhait réciproque du client et du concepteur. La suppression d’une strate hiérarchique intermédiaire remettra le chef de projet et la relation au client au centre de la stratégie de l’entreprise, engagée dans une diversification de ses marchés notamment auprès des sociétés d’autoroutes, des bailleurs et des promoteurs. Atelier Villes & Paysages entend se positionner dans le conseil aux donneurs d’ordre, à l’amont des contrats d’assistance à maîtrise d’ouvrage ou de maîtrise d’œuvre.

 

French touch

 

Parmi les motifs majeurs qui ont conduit à l’intégration dans Egis avec des résultats jusqu’ici inférieurs aux objectifs, le développement international reste à l’ordre du jour : « Début mars, nous avons déjà rentré 1,4 million d’euros de chiffre d’affaires à l’export, ce qui laisse imaginer un dépassement de nos objectifs de l’année, fixés à 1,5 million », se réjouit Vincent Roger. Source de fierté de l’équipe, l’aménagement urbain du tramway d’Odense, au Danemark, remporté sans Egis, porte les signatures de Léa  Langlet, Thibaut Maisons et Patrick Bouchardon. Ce projet illustre la capacité d’Atelier Villes & Paysage à incarner le French Touch, tout en intégrant de nouveaux savoir-faire : « La communication des projets par pictogrammes, avec de larges espaces blancs, nous apprend une nouvelle manière, plus ouverte, de traiter la concertation avec le public », explique Vincent Roger, déterminé à mobiliser « une machine de guerre », pour « réécrire une belle histoire ».

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le
    C’est en fait ce qu’on appelle de la filouterie ! AVP a fait du dumping pendant des années en s’appuyant sur EGIS et la CDC et a cassé le marché dans bien des territoires. Le nombre de sociétés de conseil en urbanisme et en paysage qui se sont trouvées en grandes difficultés à cause de cette politique hégémonique parrainée par la Caisse ne se compte plus ! Quant au développement en Nouvelle Calédonie, il est basé sur le leurre des décideurs. L’opération de 1000Ha à laquelle il est fait référence ici, s’appelle la ZAC Dumbéa-sur-Mer et c’est le plus grand fiasco en matière d’urbanisme à nouveau couvert par la Caisse. Et que penser d’un projet de TCSP dispendieux dont les énormes budgets d’études ne déboucheront sans doute que sur quelques micro-projets d’espaces publics, là où rien ne viendra interdire cet exercice; mais pas forcément là où on en aurait le plus besoin !
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X