Culture

Artistes et architectes réenchantent la ville de Nantes

Mots clés : Architecture - Conservation du patrimoine - Manifestations culturelles

Depuis quatre ans, à travers «Le Voyage à Nantes», la ville se découvre au gré d’un parcours culturel d’une quarantaine d’étapes dans lequel se rencontrent art, paysage, patrimoine et architecture contemporaine.

«C’est une mise en scène de la ville. Quand on n’a pas un patrimoine d’exception, il faut être créatif» résume Jean Blaise, le fondateur de l’événement qui dirige la structure rassemblant les services culturels et touristiques de la métropole nantaise. Suivant une ligne verte peinte sur le trottoir, les visiteurs n’ont plus qu’à se laisser guider pour découvrir la ville. Si l’on peut regretter que les principales réalisations architecturales (et leurs auteurs) ne soient pas toujours citées dans les brochures, chaque année, des architectes sont invités à intervenir dans l’espace public, au même titre que les artistes.

 

Playgrounds

 

Ainsi, après le succès de «Balapapa» l’année dernière (une piscine à balles revisitée), les jeunes architectes de Détroit se sont associés à l’artiste Bruno Peinado pour proposer un playground d’inspiration lunaire. Sous l’emblématique grue Titan du parc des Chantiers, sur laquelle est suspendu un globe terrestre éclairé de l’intérieur, une sphère molle de 14 mètres de diamètre s’étale au sol, percée de cratères-trampolines. «Faire marcher les Nantais sur la Lune, c’est aussi pour nous l’occasion d’explorer d’autres territoires» explique l’architecte Pierre-Yves Arcile.

Même les grosses agences se prêtent le jeu. Dans le quartier rénové du carré Feydeau se tiennent des parties de foot endiablées sur un étrange terrain en forme de croissant dessiné par l’agence Barré-Lambot, associée au paysagiste Guillaume Sevin. Grâce à une anamorphose créée par un totem-miroir, les spectateurs installés sur des marches devenues gradin peuvent retrouver un terrain d’apparence classique… mais cette fois ce sont les joueurs et le ballon qui sont déformés.

Autre intervention d’architectes, autre succès: l’étonnant «Skate ô drome», un mélange de skate-park et de vélodrome, construit par le collectif Fichtre sur le toit de l’école d’architecture. En revanche, le jeune artiste Aymeric Caulay qui s’est inspiré du BTP pour créer, un tractopelle en briquette d’argile sur le très chic Cours Cambronne n’a pas convaincu. Force est de reconnaître que cette installation, heureusement provisoire, peut rivaliser avec les pires œuvres de rond-point d’entrée de ville.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X