Entreprises de BTP

Artisanat du bâtiment : la répression des fraudes épingle les dépanneurs à domicile

Mots clés : Artisanat - Concurrence

Dans un rapport publié le 8 décembre, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) révèle un taux de 57% d’anomalies chez les entreprises contrôlées en 2014 dans le secteur du dépannage à domicile.

« Le secteur du dépannage à domicile, notamment les réparations en situation d’urgence, génère régulièrement un nombre important de réclamations de la part de consommateurs ». C’est le constat dressé par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) dans un rapport publié le 8 décembre. « Ce secteur génère des pratiques peu scrupuleuses de la part d’entreprises indélicates qui veulent s’approprier le marché : les montants des préjudices atteignent souvent plusieurs milliers d’euros par victime », écrit-elle.

Le « gendarme » de la consommation révèle avoir constaté des anomalies chez 57,66% des entreprises contrôlées en 2014 dans le secteur du dépannage à domicile. Les pratiques de 555 entreprises ont été passées au crible : plombiers, chauffagistes, serruriers, installateurs thermiques, et professionnels multi-services spécialisés en climatisation, huisserie et vitrerie, petits travaux de bâtiment, ramonage. A la suite de ces contrôles, 226 professionnels ont fait l’objet d’avertissements et 32 d’injonctions administratives concernant, entres autres, des défauts d’information sur les tarifs pratiqués et sur les factures établies, des dérogations aux règles du démarchage téléphonique ou à domicile, des sites internet non conformes, des pratiques commerciales trompeuses sur les prospectus publicitaires laissés dans les boîtes aux lettres ou encore des usurpations de qualité d’artisan ou de compagnon.

Au total, 8 845 plaintes de consommateurs ont été enregistrées dans le secteur des services d’installation, d’entretien et de réparation en 2014, révèle le baromètre des réclamations publié par la DGCCRF. Un nombre en baisse de 28% depuis 2008, mais qui a incité la DGCCRF à reconduire son enquête sur le dépannage à domicile en 2015.

Focus

Un artisan serrurier veut organiser et moraliser la profession

Yves Gilet, serrurier à Bédarieux (Hérault), est choqué. « Le marché de l’ouverture d’urgence est dit captif, c’est-à-dire qu’il est ficelé. Quand le particulier n’a plus ses clés, il appelle le premier numéro venu sur Internet et il paie parfois plus de 1 500 euros pour un dépannage. Or, il y a des gens sérieux qui peuvent gagner leur vie en appliquant des tarifs raisonnables ». L’artisan s’est mis en tête d’organiser un réseau de serruriers. Soutenu par la Capeb 34, Oseo et la pépinière d’entreprises Innovo Sud, il crée le site keyouvre.com (key, pour « clé » en anglais), avec la volonté d’échapper « à la tyrannie du référencement payant » sur Internet. Organisé d’abord en Languedoc-Roussillon et en Midi-Pyrénées début 2016, le réseau table sur 1 500 à 2 000 serruriers ouvreurs en France. « Les clients trouveront sur le site un système de géolocalisation avec un prix connu et accepté, détaille Yves Gilet, qui a construit ce site avec Jérémy Simonin, son associé. Le serrurier devra respecter une charte de qualité et le paiement sera conditionné par l’ouverture de la porte. » Ainsi, les particuliers n’auront que trois tarifs forfaitaires possibles : 110 € pour une porte claquée, 150 € pour une serrure basique, 250 € pour un produit haute sécurité. Yves Gilet en est convaincu, ce cycle vertueux peut fonctionner : « En bonifiant leur image, nos adhérents (pour une cotisation de 1 000 à 1 200 € HT par an) feront de l’ouverture de portes un produit d’appel. » En fidélisant leurs clients, les serruriers ouvreurs ainsi regroupés veulent prendre position sur le marché de la sécurité, qu’il s’agisse de domotique, de verrous électroniques ou d’alarmes. Sans forcer la porte. (Laurent Duguet / Le Moniteur Entrepreneurs & Installateurs)

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X