Aménagement

« Arrêt de mort d’une création : Le jardin des Halles de Paris de l’architecte Louis Arretche »

Thierry Delaballe, ancien collaborateur de l’architecte Louis Arretche, créateur du Jardin des Halles et de la place René Cassin (avec sa fameuse tête couchée de Henri de Miller), dénonce la destruction de cet ensemble qu’il juge économiquement absurde et insultante pour la mémoire de Louis Arretche.

Voici quelques années, pour les 80 ans de Louis Arretche, le siège de l’école des Beaux-Arts de Paris était en fête. Plusieurs centaines d’élèves, dont certains ont aujourd’hui une réputation nationale et internationale, étaient venus témoigner leur reconnaissance à l’homme qui leur avait appris à développer leur esprit créatif et, en architecture comme dans la vie, leur sens de l’émotion.

Chacun se souvenait que Louis Arretche était à l’origine de la reconstruction de villes comme Saint-Lo et Saint-Malo, de la réalisation des pôles universitaires et hospitaliers de Nantes et de Rennes, de l’ensemble internationalement connu et visité du Vieux Marché et de l’église Jeanne d’Arc à Rouen, comme de celle de la remarquable Place de l’Hôtel de Ville ; qu’enfin on lui devait à Paris, le pont Charles de Gaulle et ses abords, avec la prolongation du paysage des quais jusqu’au ministère des Finances ; et, au coeur de la capitale, le jardin des Halles…

Louis Arretche n’est plus et l’actuel maire de Paris a décidé d’illustrer son mandat par la création d’un nouvel espace vert… à l’emplacement exact du Jardin des Halles.
Rien ne doit rester de celui-ci : abattage de 348 arbres en pleine maturité ; suppression du vaste tapis vert qui les bordait, remplacé par un grand passage minéral, destiné à densifier en zone centrale le nompbre des piétons, qu’Arretche avait pris soin de cantonner sur les côtés du jardin afin de préserver dans celui-ci une atmosphère de repos ; enfin, suppression du coeur de l’actuel jardin : la place René Cassin, théâtre favorisant le rassemblement et le recueillement à la fois, dans un cadre idéal, face à l’église Saint Eustache, et autour de la belle sculpture de Henri de Miller.

La démolition et la re-création d’un jardin de 4 hectares a un coût – environ 80 millions d’euros – très lourd, surtout en période de graves difficultés économiques. Mais pourquoi cette politique de la table rase alors qu’il existait un jardin parfaitement accompli ? Ne s’agit-il pas d’effacer la trace d’une réalisation dont pouvait s’enorgueillir son promoteur, Jacques Chirac, alors maire de Paris, pour la remplacer par la sienne propre ? On peut le craindre…

Il convient d’ajouter que – déférence pour l’homme « en place », souci de ménager des intérêts matériels ? – la profession des architectes presque toute entière a entouré cette affaire du plus profond silence… Silence, donc, de ceux qui fêtaient Louis Arretche, qui lui doivent leur formation et leur réussite ; bel exemple de gratitude !

 

P.S : Au sujet de la place René cassin, il est à noter qu’elle est une oeuvre d’art. Bertrand Delanoë a dit lui-même qu’il en était amoureux. Il s’agit d’un ensemble voulu par l’architecte Louis Arretche et le sculpteur Henri de Miller. La tête monumentale est positionnée avec précision sur un labyrinthe en trompe-l’oeil formé de pavés colorés, dallage épousant la forme en arc de cercle de la place et de ses gradins. Une oeuvre d’art va être détruite. Il s’agit donc d’un acte de pur vandalisme.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Jardin(s) des Halles

    Depuis pas mal d’années, même si l’on a apprécié la présence d’un "espace vert" au Halles, tout un chacun, parisien ou touriste, a pu constater la banalité des jardins. Louis Arretche, architecte majeur à vos yeux, n’est pas au-dessus de la critique ; Henry de Miller n’a tout de même pas taillé une sculpture si remarquable que cela… Restons modestes et réalistes : ensemble ils n’ont pas su créer autre chose qu’un délaissé urbain banal et sans échelle. Quand on connaît Sienne et que l’on se souvient que cette place René Cassin se disait en être inspirée… Le jardin qui viendra aura au moins l’avantage d’être à la mesure de l’espace tenu entre la Bourse de Commerce et la Canopée. Il sera lui aussi planté, parcouru et aimé par des tas de gens. Et puis surtout, oublions un peu les auteurs de tout cela qui n’ont pas besoin d’être sacralisés ou instrumentalisés dans le cadre d’une polémique partisane.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X