Entreprises de BTP

Après Sacyr, Albert Frère s’intéresse à Eiffage

En s’emparant, pour 307 millions d’euros, de 6,1% du capital d’Eiffage, le financier belge Albert Frère vient à la rescousse du groupe français de BTP pour contrer les ambitions de l’espagnol Sacyr. Mais le chevalier blanc pourrait avoir d’autres objectifs.

Après l’achat de 6,5% du groupe de matériaux de construction Lafarge, jugé « opéable » par les marchés, pour 950 millions d’euros fin janvier, puis le soutien affiché à la fusion de Gaz de France avec Suez, convoité par Enel et dont il est le premier actionnaire avec 7,3%, Albert Frère vient de se porter au secours d’Eiffage, menacé par l’espagnol Sacyr Vallehermoso.

« Nous ne souhaitons pas faire de commentaires » a déclaré la porte-parole du groupe français après l’annonce de l’entrée dans son capital du milliardaire belge.
Selon une source proche du dossier citée par l’AFP, le financier belge pourrait encore accroître sa participation dans Eiffage et la CNP devrait obtenir un siège au conseil d’administration d’Eiffage. Des « contacts » devraient avoir lieu prochainement entre Albert Frère et le PDG d’Eiffage, Jean-François Roverato, et la CNP devrait « vraisemblablement » obtenir un siège d’administrateur, selon cette source.

Il semblerait que l’entrée d’Albert Frère puisse être interprétée comme celle d’un allié du management au même titre que la Caisse des dépôts.
Pour Charles-Edouard Boissy, analyste chez Oddo Securities, il s’agit d’une participation « amie ». « Il n’est jamais arrivé que la holding d’Albert Frère fasse des acquisitions à caractère non amical », a-t-il expliqué à l’AFP.
Mais les intentions du financier belge ne sont pas si claires. Par le passé, Albert Frère n’a pas hésité à se délester de participations majeures lorsque l’occasion se présentait. Dernier exemple en date, la vente annoncée de sa part de 25% dans le groupe de médias allemand Bertelsmann pour 5 milliards d’euros, à la surprise générale.
Aussi, si des OPA étaient lancées sur Suez, Eiffage, voire Lafarge, M. Frère pourrait être tenté de réaliser de fortes plus-values.
J-P Defawe

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X