Environnement

Après La Nouvelle-Orléans, à qui le tour?

Mots clés : Technique de construction

Le désastre qui a frappé La Nouvelle-Orléans avait été prédit par des experts, qui pointent du doigt d’autres grandes villes américaines à la merci d’un cyclone, d’un tremblement de terre ou de la désertification.

En Floride (sud-est), Miami et Tampa sont vulnérables aux cyclones. En Californie (ouest), Los Angeles et San Francisco sont sur une faille sismique, à la merci d’un tremblement de terre majeur. Dans le sud-ouest, l’assèchement des réserves d’eau de Las Vegas (Nevada), Phoenix (Arizona) et Tucson (Arizona) sont en cours.
Los Angeles qui était il y a un siècle une petit ville avec des orangers dans le désert californien, est devenue une métropole de 10 millions d’habitants.

La ville a « des problèmes de sécheresse, de tremblement de terre, de feux de forêts, elle est construite sur la faille de San Andreas. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’une catastrophe ne se produise. Personne ne devrait construire des villes dans des endroits comme cela », estime Troyt York, président de l’Institut américain des affaires urbaines et régionales.
Selon une étude publiée en mai par le US Geological Survey (USGS) et le Centre de Californie du Sud sur les tremblements de terre (SCEC), un séisme majeur à Los Angeles pourrait provoquer entre 3.000 et 18.000 morts, de 142.000 à 735.000 familles déplacées et plus de 250 milliards de dollars de dégâts.

Las Vegas, Phoenix et Tucson sont des contre-exemples de développement durables. Pour survivre dans le désert, leurs habitants vivent avec l’air conditionné dans leurs maisons, leurs voitures et leurs bureaux, ce qui les rend vulnérables à des coupures d’électricité et à une pénurie d’essence.
Les nappes phréatiques ont tellement été pompées que ces villes font venir de l’eau de la rivière Colorado sur des centaines de kilomètres pour arroser les cultures, les pelouses et les terrains de golfs.

La Floride est menacée par les cyclones, qui pourraient devenir plus violents et plus fréquents en raison du réchauffement climatique, selon des études scientifiques.
Beaucoup de villes en Floride et dans le Golfe du Mexique se trouvent en bord de mer, construites sur des dunes ou des marécages, souligne Brenda Ekwurzel de l’Union des Scientifiques inquiets.
Toutes ces villes sont conscientes des risques. Miami, Los Angeles et San Francisco ont établi depuis longtemps des règles de construction et des procédures d’évacuation et la Floride commence à restaurer les zones de marécages.

Vous êtes intéressé par le thème Environnement ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X