Energie

Appel d’offre pour l’éolien en mer : 4 sites attribués sur 5

Mots clés : Energie renouvelable - Entreprise du BTP - Gaz

Cinq sites étaient en jeu dans l’appel d’offres pour l’installation de parcs éoliens offshore, quatre ont été remportés. La zone du Tréport en Seine-Maritime, pour lequel le groupement  GDF Suez/Vinci/Caisse des Dépôts et Consignations était seul à concourir, n’a pas été attribué et sera inscrite dans le deuxième appel d’offres lancé au second semestre.

L’appel d’offres « éolien en mer » a échappé au naufrage. Lors d’une conférence de presse vendredi 6 avril – qui a mis fin à un suspense d’une semaine quant aux lauréats pour développer des parcs offshore -, le ministre de l’Energie a indiqué que toutes les offres déposées étaient supérieures aux prix fixés dans le cahier des charges. « Toutes ont dépassé », a déclaré Eric Besson. Aussi sans une modification du cahier des charges qui a supprimé le caractère éliminatoire du prix plafond, l’appel d’offres aurait pu être infructueux dans sa totalité.

L’offre la plus chère émane du consortium GDF Suez/Vinci/Caisse des Dépôts et Consignations sur la zone du Tréport, offre – entre 240 et 250 euros/MWh selon nos informations – qui « entraîne à elle seule une surcharge de l’ordre de 500 millions d’euros pour la CSPE ». Ce consortium étant le seul en lice sur cette zone, l’appel d’offres a été déclaré « sans suite ».

Le consortium mené par EDF EN obtient 3 des 5 sites

Le consortium mené par EDF Energies Nouvelles associé au danois Dong Energy, Wpd Offshore et Nass & Wind remporte trois zones : Fécamp (480 MW) ; Courseulles-sur-Mer (450 MW) ; et Saint-Nazaire (480 MW). Alstom qui lui fournira les éoliennes – des Haliade 150 (6 MW) – a confirmé l’implantation de quatre usines à Cherbourg et Saint-Nazaire qui représente un investissement de 100 millions d’euros et la création de 1 000 emplois directs et 4 000 emplois indirects.

Le groupe espagnol Iberdrola associé à Eoles RES a, lui, été « repêché » – selon les termes du ministre – pour développer un parc de 500 MW à Saint-Brieuc. Selon le rapport d’instruction des dossiers par la CRE, c’était encore EDF EN le mieux noté. Eric Besson a justifié le choix du gouvernement en indiquant que « nous voulions deux industriels et une filière assise sur deux jambes ». Areva, qui fournira des éoliennes (5 MW) à ce consortium a, lui aussi, confirmé son plan industriel qui repose notamment sur la construction, au Havre, d’usines de fabrication des turbines, des pales et des mâts, ces derniers avec Céole. Le groupe ne donne pas de montant d’investissement à ce stade. C’est que ce repêchage va lui ouvrir les portes du marché britannique. Jean-Christophe Chomette, directeur d’Iberdrola Renovables France, l’avait clairement indiqué à notre confrère Enerpresse : « Ce qui est sûr c’est qu’Areva sera sollicité si nous obtenons des lots en France ». Iberdrola détient, en association, des droits pour 9 400 MW outre-Manche. Aussi Areva attend-il d’avoir une vision plus précise avant de préciser ses investissements. Au final, le processus n’aura pas été un long fleuve tranquille.

Sur les 3 000 MW, puissance maximale des 5 zones mises en compétition, à peine 2 000 MW – 7 mds d’euros d’investissement, selon le ministère – ont été accordés, dont 1 500 MW à EDF EN.

Le deuxième appel d’offres sera lancé « au second semestre », a indiqué Eric Besson. Si les zones du Tréport et de Noirmoutier y seront inscrites, reste encore à en connaître sa taille. Le gouvernement vise les 6 000 MW en 2020.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X