Profession

Appel à projets : un an pour rendre l’innovation possible dans le logement social

Mots clés : Architecture - Innovations - Logement social

Le groupe Caisse des dépôts et l’Union sociale pour l’habitat proposent d’inventer « une architecture de la transformation ». Cette initiative s’adresse aux bailleurs sociaux et doit leur permettre, dans les 12 mois à venir, de plancher avec leurs maîtres d’œuvre sur des solutions d’habitat plus expérimentales, évolutives et reproductibles. Candidatures jusqu’au 10 novembre.

Le directeur général du groupe Caisse des Dépôts, Pierre-René Lemas, avait « une nostalgie et une frustration ». Il regrettait ainsi l’époque où la vénérable institution qu’il dirige « a contribué à la novation architecturale. Notamment quand elle a pris part à de grandes opérations comme la création des villes nouvelles, rappelle-t-il. Et puis, il y a cette frustration que les grands débats qui ont tant agité l’opinion au sujet de l’architecture se soient estompés au fil du temps. Or si un domaine mérite d’être discuté publiquement, c’est bien celui-là ».

La Caisse de dépôts, avec l’Union sociale pour l’habitat (USH), a donc entrepris de remettre le sujet sur la table et a lancé, le 18 septembre, en présence de la ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin, l’appel à projets intitulé « Pour une architecture de la transformation ». L’initiative est destinée à faire émerger des pistes d’innovation et d’expérimentation dans le logement social. A l’issue d’un travail de réflexion préalable avec un groupe d’architectes parmi lesquels figuraient Francis Soler, Marc Barani, Myrto Vitart ou Anne Demians, « il était en effet apparu qu’il ne fallait pas travailler en chambre, mais se lancer dans l’expérimentation-action, dans le concret », a poursuivi Pierre-René Lemas.

 

 

Organisé par le Lab CDC, l’incubateur du groupe Caisse des dépôts, l’appel à projets devra servir à réfléchir aux façons d’adapter le logement aux mutations écologiques et énergétiques, évidemment, mais aussi sociales et culturelles. Il s’agira de penser un habitat capable de suivre les bouleversements de la cellule familiale, au vieillissement… Pour Frédéric Paul, le délégué général de l’USH, il faut « avancer sur une architecture de la transition et de même de l’anticipation. Il faut imaginer ce que le logement devra être demain. »

 

Incubation

 

Cet appel à projets, dont le règlement est en ligne sur le site du Lab CDC, s’adresse aux bailleurs sociaux qui pourront s’inscrire jusqu’au 10 novembre. Les candidats auront dès lors à s’associer avec des maîtres d’œuvre. Puis dix à quinze dossiers seront retenus en novembre prochain pour imaginer un projet et l’approfondir au cours d’ateliers de travail en commun, auxquels pourront prendre part les écoles d’architecture. Au mois de février suivant, cinq seront distingués comme lauréats.

Mais l’affaire sera alors loin d’être conclue car la procédure prévoit ensuite une phase « d’incubation ». De fait, chaque projet sera doté d’une enveloppe de 100 000 € qui permettra de les tester sur des sites pilotes, de trouver les solutions réglementaires, juridiques ou financières permettant ces nouvelles manières de bâtir et, aussi, d’en évaluer les défauts. En définitive, l’initiative devra permettre d’élaborer des modèles réalisables et capables d’être dupliqués. Et pas question d’y réfléchir indéfiniment. Les cinq projets devront être prêts à être réalisés dans un an.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X