Immobilier

Anru : 71 millions d’euros débloqués pour les projets innovants dans les quartiers

Mots clés : Gouvernement - Urbanisme - aménagement urbain

Le ministère de la ville et le commissaire général à l’Investissement vont débloquer 71 millions d’euros pour développer une quinzaine de projets visant à réduire les charges des habitants des quartiers difficiles et à rendre ces territoires plus attrayants. L’Anru coordonnera les aides financières et l’accompagnement technique et juridique des lauréats. Explications.

Quelque 71 millions d’euros de subventions seront débloqués dans le cadre de l’action « Ville durable et solidaire » du Programme d’investissements d’avenir (PIA) pour soutenir les projets portant sur la performance et l’innovation environnementale du renouvellement urbain dans les quartiers du nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU). Cette information émane de Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Myriam El Khomri, secrétaire d’Etat en charge de la politique de la ville et Louis Schweitzer, commissaire général à l’Investissement (CGI). Tous trois ont lancé un appel à manifestations d’intérêt (AMI) lundi 20 avril au soir. « L’AMI va permettre de sélectionner, dans les 200 quartiers d’intérêt national du NPNRU, une quinzaine de projets de renouvellement urbain innovants du point de vue environnemental, et qui bénéficieront des aides du PIA », explique le communiqué de presse commun.

 

L’Anru : guichet unique

 

Pour espérer être sélectionnés, les porteurs de projets – c’est-à-dire, les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) – devront répondre à deux lignes directrices : accroitre le pouvoir d’achat des habitants en réduisant les charges obligatoires (loyer, chauffage, transport…) qui pèsent sur eux, et renforcer l’attractivité des quartiers « en donnant envie d’y habiter ou d’y travailler ». Les entreprises du BTP peuvent toutefois participer à cet AMI. « L’innovation émanant de l’intelligence collective, les réponses partenariales sont encouragées en donnant la possibilité aux candidats de nouer des partenariats avec différents acteurs : acteurs universitaires, économiques, associatifs… afin de les associer à leur démarche d’innovation. »

Les initiatives les plus innovantes seront développées dans les 15 à 20 quartiers bénéficiant des crédits du NPNRU. « Dans un premier temps, les lauréats de l’AMI bénéficieront d’une aide financière à l’ingénierie, prélevée sur cette dotation, pour réaliser les études nécessaires, et d’un accompagnement technique et juridique, coordonné par l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (Anru), désignée comme opérateur. Dans un deuxième temps, au terme de cette phase d’accompagnement, les projets seront soutenus financièrement pour la réalisation des actions innovantes. »

En tant qu’opérateur du programme, « l’Agence a préparé le cahier des charges qui a été validé par le comité de pilotage, et élabore actuellement une grille d’analyse des candidatures ainsi que le règlement du programme qui définira les modalités de financement des actions innovantes retenues, nous indique-t-on à l’Anru. L’entité sera chargée de l’instruction des candidatures et proposera au comité de pilotage une sélection de projets lauréats. Une fois les lauréats retenus, l’ANRU sera chargée de la contractualisation avec les porteurs de projets, et du versement des crédits du PIA pour le financement, le suivi et l’évaluation de la quinzaine de  projets retenus. Cette organisation permet notamment de s’assurer de l’articulation et de la cohérence des actions financées par le PIA avec le projet de renouvellement urbain mis en œuvre dans le cadre du NPNRU. »

 

Date limite des dépôts des candidatures fixée au 30 septembre 2015

 

Parmi les actions jugées innovantes, le ministère de la Ville et le CGI mettent en avant des solutions visant à lancer l’auto-partage dans les quartiers, trouver des nouvelles sources de financement pour la réhabilitation des logements, récupérer les calories présentes dans les eaux usées, etc. « Les critères de sélection des lauréats sont développés dans le cahier des charges de l’AMI, il s’agit de la cohérence des propositions avec les objectifs du PIA et du projet de renouvellement urbain, e niveau d’ambition en matière d’innovation et d’excellence environnementale, e caractère intégré des axes d’innovation proposés, la pertinence et le réalisme opérationnels, la cohérence des moyens dédiés et de l’engagement des partenaires avec l’ambition proposée », précise-t-on à l’Anru.

Les porteurs de projets ont jusqu’au 30 septembre 2015 pour déposer leur dossier de candidature auprès de l’ANRU. Les résultats seront débloqués à la fin de l’année 2015 et les lauréats seront accompagnés entre les mois de janvier et de septembre 2016 en vue de signer les conventions de financement des réalisations à la fin de l’année 2016.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X