Collectivités territoriales

Anru 2 : les premiers chantiers ouverts en 2016 selon l’Anru

Mots clés :

Urbanisme - aménagement urbain

Selon l’agence nationale pour la rénovation urbaine, les travaux liés au nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU, ou Anru 2) devraient être lancés en 2016. 

Les dirigeants de l’agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) ont dévoilé l’état d’avancement du nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU, ou Anru 2) lors de leurs voeux à la presse ce mardi 2 février. En ce début d’année, 6 protocoles de préfiguration ont déjà été signés (correspondant à 8 quartiers d’intérêt national) et 16 sont passés en comité d’engagement (correspondant à 37 quartiers d’intérêt national).

Ces documents font office de feuille de route du projet à mener dans le quartier Anru. Ils définissent l’ambition, le programme d’études et les moyens d’ingénierie permettant d’aboutir à des projets opérationnels. De leur côté,« les comités d’engagement permettent de valider les projets et d’en parler avec les élus », souligne Nicolas Grivel, directeur général de l’Anru. Enfin, 47 autres protocoles sont en cours d’instruction (correspondant à 102 quartiers d’intérêt national). Fort de ce constat, l’Anru mise sur le démarrage des premiers travaux en 2016.

 

Pas de surchauffe à l’Anru

 

Les dirigeants de l’Anru se sont montrés rassurants sur d’éventuelles tensions financières liées au démarrage de l’Anru 2 alors même que les derniers projets actés dans le cadre de l’Anru 1 viennent d’être lancés. « Les dernières opérations de l’Anru 1 se termineront en 2020. Mais les projets n’arrivent pas tous en même temps, le rythme est régulier », signale Nicolas Grivel. 

Alors qu’en 2015, les collectivités locales n’ont cessé d’alerter le gouvernement sur leur capacité d’investissement amoindrie, cette situation« ne se ressent pas pour le moment dans les projets présentés. C’est encore un peu tôt », a assuré Nicolas Grivel. Les finances des collectivités locales sont notamment sollicitées pour investir dans les infrastructures et le développement de services publics pour accompagner la métamorphose des quartiers dits sensibles. En outre, François Pupponi, président de l’Anru et député-maire de Sarcelles (Val d’Oise) a rappelé que « les dotations n’ont pas baissé pour les communes dotées de quartiers prioritaires de la politique de la ville. Elles les voient même augmenter. Enfin, avec le lancement de la métropole du Grand Paris et d’Aix-Marseille-Provence, les communes les plus pauvres vont bénéficier de la solidarité des plus riches. » 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X