Transport et infrastructures

Alstom veut poursuivre ses investissements de transport et d’énergie au Brésil

Alstom va continuer à investir dans ses usines au Brésil, où il est présent depuis 50 ans, à mesure que se concrétiseront de nouveaux projets d’infrastructure dans les transports et l’énergie, a déclaré mardi à Sao Paulo le vice-président du groupe français Philippe Joubert.

« Le Brésil est sur la liste des pays-clés du groupe en termes d’investissements en raison des perspectives dans l’énergie et les transports » et « nous investirons ce qu’il faudra » a indiqué Philippe Joubert à l’occasion de la présentation du nouveau président d’Alstom Brésil, Aloisio Vasconcelos. Ce dernier a indiqué que le groupe allait concentrer ses efforts sur les grands projets comme la centrale hydroélectrique de Rio Madeira en Amazonie qui exigera la fourniture de 88 turbines, l’ouvrage hydroélectrique de Belomonte (nord) ou la reprise éventuelle de la construction de la centrale nucléaire d’Angra III dans l’Etat de Rio de Janeiro.

Alstom, qui vient de battre le record mondial de vitesse sur rail, plaide aussi en faveur de la construction d’une ligne ferroviaire à grande vitesse entre Rio et Sao Paulo. « C’est un problème de décision politique », a souligné Philippe Joubert. « Nous serions enchantés », a-t-il dit, estimant que le Brésil allait « clairement avoir besoin » de trains à grande vitesse. Actuellement, l’usine de Sao Paulo qui a une capacité de fabrication de 300 trains par an ne fonctionne qu’à 50% de ses capacités, et travaille à 60% pour l’exportation et 40% pour le marché local, selon les responsables du groupe. Quant à l’usine de turbines de Taubaté, 30% de sa capacité est inutilisée.

A court terme, Alstom doit remettre le 18 avril une offre pour le matériel roulant (180 voitures au total) et la signalisation destinée à la quatrième ligne de métro de Sao Paulo en cours de construction. Il est en concurrence avec le coréen Rotem allié à l’allemand Siemens pour la signalisation, ainsi qu’avec le chinois Changchun associé au français Alcatel. Le carnet de commandes du groupe sur l’exercice 2006-07 s’élève à 2,4 milliards de reals (près d’un milliard d’euros) et représente deux ans de chiffre d’affaires.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X