Aménagement

Alpes-Maritimes : l’Etablissement public d’aménagement de la plaine du Var est crée

Cinq mois après la publication au JO d’un premier décret instaurant une Opération d’intérêt national (OIN) dans la plaine du Var dans les Alpes-Maritimes (10 000 ha de l’aéroport international de Nice au Bec de l’Estéron, dont 2500 ha sur le territoire de Nice), un nouveau décret paru au JO vient de donner naissance à l’Etablissement public d’aménagement (sous la forme d’un EPIC) de la Plaine du Var. « C’est une formidable chance pour la Côte d’Azur, comme l’a été la création de Sophia Antipolis dans les années 70. Nous allons pouvoir, sur ce dernier grand espace urbanisable, réparer les erreurs passées, donner un nouveau souffle à notre développement et faire émerger un territoire de référence en Europe du sud, centré sur le développement durable » souligne Christian Estrosi, député-maire de Nice et président du Conseil Général.
Dans les prochaines semaines, le conseil d’administration de cet EPA doit se mettre en place et un directeur général va être rapidement désigné par l’Etat (la mission de préfiguration a été confiée à un haut fonctionnaire, Thierry Bahougne).

Une OIN sur un territoire occupé

Les premières orientations font état de 450 ha ouverts à l’urbanisation (sur les 3500 réellement urbanisables à l’intérieur du périmètre) et de quelques projets prioritaires comme la création d’un grand pôle multimodal pour les transports, l’aménagement de Nice Méridia (un futur quartier d’affaires et d’habitat) en éco quartier, la construction du grand stade de football de Nice et d’un grand centre d’exposition international (80 000 m²).
Pour cette réaliser cette OIN inédite, où contrairement à La Défense à Paris (création d’un quartier d’affaires) ou pour Euromédétirrannée à Marseille (réaménagement de friches industrielles et portuaires), l’intervention va porter sur un vaste territoire déjà occupé, un contrat de développement sera passé entre les collectivités concernées. L’opération est également appelée à générer des investissements privés. Un premier budget de 4 millions va permettre d’engager les premières études, notamment des études de définition sur la partie allant de l’aéroport à Lingostière (basse vallée du Var) et des études d’aménagement de la zone nord autour du Bec de l’Estéron.

Rémy Mario

Retrouvez le décret précité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X