Entreprises de BTP

Alexandra Cornet, ou quand la plomberie se décline au féminin

Mots clés : Démarche environnementale - Plomberie - Qualité de l'eau - eau potable

Alexandra Cornet, 39 ans, dirige une entreprise de plomberie et d’assainissement. Un parcours rare, à mettre en valeur en cette Journée internationale des droits des femmes.

« Un jour, un client a écrit un résumé de mon intervention sur son blog. Il était très surpris que je sois une femme », se souvient Alexandra Cornet, en souriant. L’étonnement, cette femme qui exerce le métier de plombier le retrouve encore de temps en temps, lorsqu’un client franchit les portes de sa boutique. Depuis 2009, Alexandra Cornet, 39 ans, cogère en effet avec son mari à Riom (63) une entreprise spécialisée dans la plomberie et l’assainissement, membre du réseau de professionnels HomeServe.

Son choix professionnel en fait un cas à part. Car les métiers de la plomberie restent une chasse gardée masculine. Dans une étude réalisée en 2013, le CCCA-BTP, qui coordonne l’apprentissage dans la branche BTP, révèle des chiffres tranchés. Les femmes ne représentent que 1,3 % des métiers de la production (maçon, charpentier, peintre…), contre la moitié des effectifs administratifs et commerciaux (53,8%).

« Je rencontre parfois des femmes carreleurs ou électriciens. Mais pour l’instant je n’ai croisé qu’une seule collègue plombier », confie Alexandra Cornet. Cette sous-représentation ne l’effraie pourtant pas lorsqu’elle se lance dans l’aventure de la plomberie, en rejoignant la société de son mari. Pendant trois ans, elle apprend le métier de plombier à ses côtés : « Il m’a formée sur le terrain pour toute la partie dépannage, sanitaire et terrassement. Au début, je l’accompagnais dans ses interventions, puis j’ai commencé à y aller seule », raconte-t-elle.

 

Un bon accueil de la profession

 

Au fur et à mesure que l’entreprise recrute et grandit, les fonctions d’Alexandra Cornet évoluent. Aujourd’hui, si elle retourne à l’occasion sur un chantier, elle se consacre surtout à la gestion et au management de son équipe, qui compte quatre salariés et un apprenti. Tous des hommes. « Pour eux, cela leur paraît normal qu’il y ait des femmes dans cet univers. Sur les quatre, trois m’ont connue sur le terrain. J’ai eu de la chance, j’ai été très bien accueillie dans la profession », souligne la jeune femme. 

Ce qui la passionne dans le métier de la plomberie, c’est avant tout sa diversité. « Surtout dans les dépannages et la réparation. Chaque jour est différent », se réjouit-elle.

Pour autant, la reconversion professionnelle réussie de cette ancienne secrétaire juridique n’a pas été exempte de difficultés, notamment sur le plan physique. « Le terrassement, au début, a été compliqué. Il faut dire que je ne suis pas « taillée » comme un bûcheron. Mais je n’ai pas lâché », relate la chef d’entreprise. Et c’est peut-être là le conseil qu’elle donnerait à toutes les femmes qui voudraient se lancer dans le métier. 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X