Entreprises de BTP

Alain Bentejac : « Je veux moderniser l’image de l’ingénierie »

A l’occasion des Rencontres de l’ingénierie qui se sont tenues à Paris le 20 octobre à la Cité des sciences et de l’industrie, Alain Bentejac, nouveau président de Syntec-Ingénierie évoque dans «Le Moniteur » son programme d’actions syndicales, le recrutement des jeunes ingénieurs, le défi du développement durable.

Vous avez été élu président de Syntec-Ingénierie en juillet dernier, pouvez-vous nous dire quel est votre programme d’actions pour les mois qui viennent?

Ma priorité est de moderniser l’image de l’ingénierie. Nous souffrons d’un déficit d’image. Nous donnons une image un peu trop traditionnelle. L’ingénierie est un secteur mal connu car difficile à définir rapidement. Ce n’est pas comme si nous produisions des voitures qui sont des produits facile à définir. L’ingénierie est faite de métiers beaucoup plus divers. Par ailleurs, le grand public identifie généralement un secteur à deux ou trois grandes entreprises comme c’est le cas avec Peugeot ou Renault dans le secteur de l’automobile. Or, dans l’ingénierie, qui est un secteur composé de nombreuses PME, il y peu très grandes entreprises porteuses d’une image claire de notre activité en France Cela rend la nécessité de communication encore plus forte.
Je veux faire connaître et reconnaître ce secteur souvent ballotté entre l’industrie, les services techniques du secteur public, les entreprises de travaux et le promouvoir auprès des pouvoirs publics, au niveau national et international.

Comment comptez-vous vous y prendre ?

D’abord, en faisant participer activement les ingénieurs aux évolutions actuelles comme c’est déjà le cas en matière d’innovation, de commande publique (partenariat public-privé), de pôle de compétitivité… dans ces domaines l’ingénierie a des choses à dire. Puis, en définissant mieux les missions et les responsabilités de l’ingénierie. En prenant davantage position sur tous les problèmes au fur et à mesure qu’ils apparaissent et en le faisant savoir.… Enfin, en communiquant vers les écoles d’ingénieurs pour attirer les jeunes vers nos métiers.
Nous devons montrer que nous participons au grand mouvement de progrès technique de notre société. Les Rencontres de l’ingénierie, sont un rendez vous pour échanger et pour consolider le réseau de compétences que représentent le secteur de l’ingénierie.

Quelles sont les autres dossiers qui mobilisent actuellement Syntec-Ingénierie ?

Tout d’abord l’assurance construction. L’ingénierie est prête à s’impliquer davantage en matière d’innovation par exemple, à condition que ses responsabilités soient claires. Nous allons maintenant défendre les idées que contient notre Livre blanc sur la responsabilité et les assurances des sociétés d’ingénierie publié en avril dernier. Notre action s’adresse aux compagnies d’assurances, courtiers, maîtres d’ouvrage , pour que des règles du jeu soient plus saines et mieux définies. Nous ne voulons plus que les sociétés d’ingénierie soient fragilisées par des responsabilités démesurées par rapport à leur chiffre d’affaires et à leur situation financière.
Les missions d’études et de supervision de réalisation de projets confiées aux sociétés d’ingénierie se rémunèrent à quelques pourcents du montant total de l’opération. Si l’ingénierie est appelée sur un problème global concernant un marché cela peut représenter des sommes qui sont très supérieures au montant même du chiffre d’affaires qu’elle peut avoir sur l’opération. Par ailleurs, pour certaines sociétés d’ingénierie de taille moyenne cela peut mettre en péril leur survie pour des raisons financières car leurs fonds propres ne sont pas à la hauteur des risques encourus.

Propos recueillis par Dominique Errard

Retrouvez l’intégralité de l’interview dans « Le Moniteur » du 14 octobre.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X