Projets

Agriculture urbaine : Romainville aura sa tour maraîchère en 2018

Mots clés : Architecture

A la suite d’un concours restreint, l’équipe formée par les agences d’architecture Ilimelgo et Secousses a été retenue pour réaliser cette future exploitation verticale.

Romainville est sur le point de satisfaire son appétit de fruits et légumes frais. Voilà plusieurs années que cette commune de Seine-Saint-Denis envisage d’introduire une exploitation agricole sur son territoire, et plus précisément dans le quartier Marcel-Cachin. Ainsi, dès 2012, une étude de faisabilité menée par l’agence d’architecture SOA proposait de construire des serres en toitures des logements HLM. Finalement, la production maraîchère aura son bâtiment dédié, qui devrait être achevé à l’été 2018 sur une parcelle de l’Office public de l’habitat (OPH) Romainville Habitat.

En 2015, ce dernier organisme a en effet lancé un concours restreint de maîtrise d’œuvre sur esquisse qui a été remporté par l’équipe formée par les agences d’architectures Ilimelgo (mandataire) et Secousses (associée). Elles sont accompagnées dans ce projet par les bureaux d’études Scoping et Etamine, l’agronome Terr’eau Ciel et le paysagiste Land’Act.

Les 3 800 m² de cette future « tour maraîchère », dont le chantier devrait débuter au printemps 2017, seront répartis sur deux ailes, dont la plus haute culminera à 24 mètres. Un parti pris qui permettra un doublement des façades et de favoriser dès lors le développement des végétaux. Plus de 1 000 m² des surfaces seront consacrés à la production, qui se fera en bacs de culture. Le bâtiment sera également doté d’espaces pédagogiques et d’un point de vente. Ce projet porté par l’OPH, la mairie et le territoire Est Ensemble représentera un investissement de 4,6 M€.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Tout ça pour ça ?!?!

    Soit je ne sais pas lire, soit je ne comprends pas bien… 4,6 M€ pour obtenir 1 000 m2 de surfaces consacrées à la production! A quel prix faudra t’il vendre le kilo de tomates?? Même s’il y a quelques incertitudes sur les chiffres, ça sent le projet bobo à plein nez. D’un côté on laisse des terrains en friche et on du mal à trouver du foncier pour faire du logement social, de l’autre on s’amuse à faire (à grand frais) de la culture hors sol (autrement dit sur laine minérale avec des pipettes de chimie). Utiliser les toits terrasses pour du jardinage collectif, de l’apiculture, ç’est une belle perspective qui crée du lien social. Rien à voir avec cet inutile et couteux projet. Patrick SAUVAGE
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X