Culture

Agora ne fait plus bande à part

Mots clés : Architecture - Enfance et famille - Manifestations culturelles

La biennale d’architecture, qui se déroulera du 14 au 24 septembre, prend cette année une nouvelle dimension. De nombreux partenaires s’associent à la manifestation pour s’ouvrir à tous les publics et ne pas attirer que les initiés. Pour cette 7e édition, plus de 70 manifestations (expositions, débats, concerts, rallye, animations pour enfants, etc.) évoqueront le paysage.

«C’est formidable d’avoir intégré Agora à la saison culturelle, cela crée une dynamique», lance Francine Fort, directrice d’Arc-en-Rêve Bordeaux. Le centre d’architecture, la maison écocitoyenne, la Rock School Barbey, le CAUE de Gironde ou le 308 sont autant de structures emblématiques de la Métropole qui se sont penchées sur le sujet. Chacune à sa manière.

Arc-en-rêve présentera entre le 14 septembre et le 14 janvier 2018 l’exposition Infidélités créatives de Topotek1 sur l’idée de la quête des jardins et paysages du monde contemporain, ainsi que des morceaux choisis autour du paysage de travaux d’architectes, paysagistes, designers qui sont passés par le centre d’architecture. La maison écocitoyenne incitera les enfants à s’interroger sur les enjeux de l’agriculture urbaine su 15 septembre au 15 octobre, via l’exposition Jardiner la ville, organisée avec la Cité de l’architecture et du patrimoine. Le CAUE organise un rallye familial urbain des paysages le 23 septembre au cours duquel les participants devront résoudre des énigmes sur un aspect méconnu ou insolite du paysage. La thématique choisie a inspiré les participants et les réflexions qu’elle engendre sont très actuelles.

 

S’inspirer des autres métropoles

 

«A l’heure où 50% de la population vit dans des métropoles et que nous constatons une disparition de la nature due aux changements climatiques, il faut redéfinir le paysage», explique Bas Smet architecte-paysagiste commissaire de l’exposition Paysages Augmentés. «Il faut réimaginer les paysages là où on ne les voyait pas auparavant, inventer un nouvel équilibre autour d’un paysage habité», précise-t-il. C’est ce qu’interroge son exposition à travers des films sur les rôles des paysages dans la métropole et de l’influence du climat, réalisés à Hong-Kong, Singapour, Hyderabad, Bordeaux, Bruxelles, Saint-Pétersbourg, Bogota, Séoul, Naples et Rabat. Une mondialisation d’Agora qu’a saluée Alain Juppé, maire de Bordeaux.

Ces questions seront également évoquées au cours de débats qui porteront plus particulièrement sur la Métropole. Philosophes, historiens, paysagistes, designers, urbanistes se relaieront sur le ring et évoqueront la place Gambetta, l’agriculture urbaine, l’articulation entre le «bâti» et le «non-bâti» dans la Métropole, la construction de la Jallère, etc. Autant de questionnements et de réflexions qui permettent de prendre de la hauteur sur le développement de la ville et ses enjeux.

Tout le programme sur www.agorabordeaux.fr.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X