Entreprises de BTP

Adaptation des logements au vieillissement : la Capeb demande plus d’engagement de la part du gouvernement

Mots clés : Artisanat - Bâtiment d’habitation individuel - Entreprise du BTP - Gouvernement - Grand âge - Handicap

Patrick Liébus, Président de la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment, rencontrait jeudi 21 avril Pascale Boistard, Secrétaire d’État chargée des personnes âgées et de l’autonomie, pour l’inviter à amplifier ses actions en faveur de l’adaptation des logements pour l’accès des personnes âgées et/ou handicapées.

L’adaptation de 2 millions de logements au vieillissement de la population (selon l’Anah) représente un marché de 24 milliards d’euros. Une manne pour les entreprises artisanales du Bâtiment. Un relais de croissance surtout alors que la Capeb annonçait le 21 avril le retour dans le vert de l’activité du secteur au 1er trimestre.

Coïncidence, le même jour, le président de la Capeb, Patrick Liébus rencontrait Pascale Boistard, Secrétaire d’État chargée des personnes âgées et de l’autonomie. Au coeur de la discussion : le plan d’adaptation des logements, qui pour Patrick Liébus, manque d’ouverture. Le président de la Capeb a donc proposé à la Secrétaire d’État une série d’action pour enclencher la dynamique et aller au-delà de l’objectif annuel de 80 000 logements du parc privé adaptés.

L’idée force : calquer ces travaux d’adaptation sur les travaux d’efficacité énergétique (avec peut-être même, a terme, l’idée de les fusionner ?). Ainsi, Patrick Liébus a-t-il demandé l’application d’une TVA à 5,5% pour les travaux d’accessibilité, comme ce qui se fait pour les travaux de rénovation énergétique ; l’extension du crédit d’impôt actuel à davantage de solutions et d’équipements qui ne sont pour l’instant pas éligibles, les solutions domotiques par exemple ; et la mise en place de caisses de préfinancement pour accélérer le lancement des travaux et en sécuriser le financement.

La Secrétaire d’état s’est dite « sensible aux préconisations avancées même si certaines d’entre elles supposent l’accord de Bercy » et a soutenu l’idée de rapprocher les dispositifs d’aides existants dans le domaine de la rénovation énergétique et dans le domaine de l’adaptabilité des logements.

Une nouvelle rencontre doit être organisée dans les prochaines semaines pour envisager une expérimentation au niveau local en vue de tester de nouveaux procédés et de nouveaux modes d’organisation. Objectif : renforcer la synergie entre travaux de rénovation énergétique et d’adaptabilité pour réduire fortement la gêne occasionnée par la succession des travaux et optimiser les aides.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X