Entreprises de BTP

Activité des artisans du bâtiment : pas encore l’euphorie en 2015

Mots clés : Artisanat - Fiscalité

Après une nouvelle année de crise en 2014, la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment s’attend à une année 2015 un peu meilleure, mais toujours avec une activité en recul de -1%. Pour son président Patrick Liébus, « la seule solution incitative pour relancer l’économie du secteur serait de revenir à un taux de TVA à 5,5%

C’est en pleine négociation sur le dialogue social, dont il est acteur en tant que représentant de l’UPA, que Patrick Liébus, président de la Capeb, a tenu, jeudi 22 janvier, sa traditionnelle réunion sur la conjoncture de l’artisanat du bâtiment. Et il est clair que l’ambiance n’était pas à la fête.

L’activité en 2014 a enregistré un recul de -2% en volume (-4,5% dans le neuf, -0,5% dans l’entretien-rénovation). Après trois ans de baisse consécutive, le secteur ne montre toujours pas de signes de reprise, conséquence du manque d’investissement des ménages que ce soit en construction neuve ou dans les travaux d’entretien-rénovation. Dans ces conditions être optimiste relève d’un exercice difficile, mais Patrick Liébus ne veut pas tomber dans la sinistrose, « il faut regarder devant soi, avoir des espérances », même si l’année 2015 n’augure pas de grands changements.

 

Mais un mieux en 2015

 

Selon les prévisions de la Capeb, l’artisanat devrait connaître en 2015 un recul moins important qu’en 2014, qui se situerait aux alentours de -1%, contre -2% en 2014 ; un léger mieux toutefois. Cette tendance se traduirait par une baisse de la construction neuve de -4% à -3% et par une activité comprise entre +0,5% et +1,5% en entretien-amélioration. La Capeb table sur un 1er semestre en recul à l’image de la fin de l’année 2014, mais sur 2ème semestre plus dynamique. Ce dernier pourrait en effet bénéficier des plans de relance des logements initiés en 2014 : faciliter la libéralisation du foncier, favoriser l’accession à la propriété, simplifier et réduire les normes dans la construction et des aides prévues tout particulièrement dans le cadre de la transition énergétique (le nouveau crédit d’impôts CITE, relance de l’Eco-PTZ ou encore le programme Habiter Mieux). La baisse de l’euro et du cours du pétrole, les taux d’intérêt bas devraient aussi apporter leur pierre à l’édifice.

« Ceci dit, l’argent ne se débloque pas, les clients ont les yeux rivés sur le chômage et thésaurisent », souligne Patrick Liébus qui rappelle que 55% des entreprises de moins de 20 salariés sont sur les marchés de l’entretien-rénovation. « Malheureusement pour l’instant, constate-t-il, les mesures d’accompagnement n’ont pas les effets souhaités pour le décollage des marchés ». Peut-être en raison des délais très longs entre les prises de décisions et l’application de ces mesures. Et le président de la Capeb de réclamer la baisse du taux de TVA. « Un retour de la TVA à 5,5% est la solution, incitative et simple qui permettra de relancer l’économie dans notre secteur et de lutter contre la concurrence déloyale ». Pas sûr qu’il soit entendu par le gouvernement.

 

12 000 emplois perdus en 2014, soit plus de 30 par jour !

 

L’emploi est la préoccupation de tous, mais comment embaucher lorsque l’activité est en berne et que les indicateurs de santé des entreprises sont au rouge ? La réponse est toute trouvée, « on ne peut pas », affirme Patrick Liébus. Les carnets de commande se sont raccourcis de 7 jours et représentent en ce début d’année 67 jours de travail. Les besoins de trésorerie repartent à la hausse : 45% des entreprises déclarent un besoin de trésorerie de 20 000 euros, contre 17 000 il y a trois mois.

Victime de cette conjoncture difficile : l’emploi. L’artisanat du bâtiment aura perdu, en 2014, 12 000 emplois. « La Capeb se bat pour que les entreprises aient moins de difficultés à conserver leurs salariés ou à en embaucher de nouveaux. Les nouvelles négociations concernant le compte pénibilité et la lutte contre la concurrence déloyale des emplois low cost s’inscrivent dans cet engagement, c’est pour cette raison que nous ne lâcherons rien sur ces deux sujets », explique Patrick Liébus.


Dans un climat pour le moins morose, « où il n’en faudrait pas beaucoup pour qu’artisans et salariés d’entreprises artisanales se rebellent », le président tente de positiver : « que tout cela ne nous empêche pas d’avancer ».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le
    Que ce gouvernement remette les lois Chirac et Sarko qui fonctionnait très bien depuis le départ des Mite-errantes et des Jospinettes de 1981. évidemment cela ne plaisait pas ca fonctionnait trop bien..! il fallait aussi détruire l’économie du bâtiment. Comme disait le JOSPIN en son temps quand on fait des travaux c’est qu’on est riche donc une TVA à 22 % serait la bienvenue et permetrait aux riches de donner un peu plus à l’état qui en a énormément besoin..! Heureusement.. la CAPEB veillait et lui a coupé l’herbe sous le pied en manifestant sous la forteresse de Berci pour une baisse de la TVA à 5% et l’économie du BTP est repartie à la hausse dans l’année qui a suivi….
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X