Vie de l'entreprise

Accidents du travail : 1 000 morts en cinq ans dans le BTP

Les statistiques de la caisse nationale d’assurance-maladie des travailleurs salariés (Cnam-TS) font état d’une baisse des accidents du travail, en 2014, dans le BTP. Mais les maladies professionnelles progressent et le secteur de la construction reste le plus accidentogène de tous.

Entre 2010 et 2014, le secteur du BTP a été à l’origine de 1 008 décès (accidents du travail, maladies professionnelles, accidents de trajet). C’est l’une des tristes réalités révélées par les dernières statistiques de la caisse nationale d’assurance-maladie des travailleurs salariés.

Pourtant, le secteur de la construction, année après année, progresse en matière de réduction des accidents du travail (AT). En 2014, le secteur a enregistré une diminution du nombre d’AT de 3,8% et 137 morts ont été à déplorer dans ce cadre (-5,5%). La Cnam-TS explique cette tendance par « la baisse de la sinistralité intrinsèque et par la baisse du nombre de salariés dans le secteur (-1,8%) ».

Sans surprise, les segments d’activités sur lesquels l’indice de fréquence d’AT (nombre d’AT pour mille salariés) est le plus élevé sont les travaux de charpentes (indice de fréquence à 124,7 – à comparer avec l’indice général du BTP qui se situe à 63,6). Suivent les travaux de couverture par éléments (115,9), les travaux de menuiserie métallique et serrurerie (95,6) et les travaux de montage de structures métalliques (94,8).

 

+15,9% de troubles musculo-squelettiques en 2014

 

Dans quelles circonstances ont eu lieu la majorité des AT en 2014 ? Les manutentions manuelles sont à l’origine de 48% des AT, largement devant les chutes de hauteur (18%), l’utilisation d’outillage à main (16%) et les chutes de plain-pied (10%). Les accidents fatals, dans le BTP, ont d’abord eu lieu en 2014 dans le secteur du gros oeuvre (30 décès) et les travaux d’installation électrique (13 décès). Enfin, 47% des intérimaires ayant eu un accident grave en 2014 travaillaient dans le BTP.

L’augmentation régulière du nombre de maladies professionnelles (MP) reste un sujet d’inquiétudes pour le BTP. En 2014, elles ont augmenté de 6,1%, avec 6 947 MP, dont 92,1% sont des troubles musculo-squelettiques (3,1% de cancers de l’amiante, 2,1% de surdité et 2,7% d’autres maladies).

Entre 2010 et 2014, le nombre de MP causées par des troubles musculo-squelettiques (TMS) a bondi de 15,9%. Les activités les plus exposées aux TMS sont les travaux de plâtrerie (indice de fréquence de 7), de revêtement des sols et des murs (6,6), de couverture (6,5), de peinture et vitrerie (6,1).

Enfin, le nombre d’accidents de trajet (AT) a diminué de 7,8% (5 313 AT) en 2014. 30 décès y sont liés (-30,2%).

Focus

Maladies liées à l'amiante : 218 cas en 2014 dans le BTP

Les cancers broncho-pulmonaires provoqués par l’inhalation de poussières d’amiante chutent de 22% en 2014, dans le secteur de la construction, passant de 60 à 47. Quant aux affections professionnelles consécutives à l’inhalation de poussières d’amiante, elles augmentent de 18% (de 145 à 171).

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X