Accessibilité

Accessibilité des bâtiments : un nouveau label est lancé

Mots clés : Accessibilité - Établissement recevant du public (ERP) ou assimilé - Normalisation - Marquage CE

L’organisme de certification I.Cert et plusieurs acteurs engagés en faveur de l’accessibilité viennent de lancer le label BAC (Bâtiment accessible certifié). Il s’adresse dans un premier temps aux établissements recevant du public (ERP).

L’heure du BAC a sonné pour les gestionnaires d’établissements recevant du public (ERP). Brigitte Thorin, la déléguée ministérielle à l’Accessibilité, et l’I.Cert, organisme de certification, ont officiellement lancé le 8 juin le label BAC, pour « Bâtiment Accessible Certifié ». A cette occasion, la première certification a été remise au groupe de grands magasins Galeries Lafayette, pour sa démarche volontaire visant à rendre accessible plusieurs de ses points de vente.

Conçu conjointement par plusieurs associations, bureaux d’étude et acteurs engagés en faveur de l’accessibilité, le label s’adressera principalement aux ERP de catégorie 1 à 5, en construction ou en rénovation. Du commerce de proximité aux écoles, en passant par les hôpitaux et salles de sports, l’ensemble des établissements recevant du public sont concernés. Un référentiel « bâtiment à usage d’habitation » est également en cours d’élaboration. Il devrait être opérationnel à partir du mois de juillet.

 

82 critères

 

« Rendre la lecture de la loi du 11 février 2005 et de son application accessible », tel fut le leitmotiv exprimé par les acteurs du projet, dont l’I.Cert, qui a impulsé le mouvement il y a maintenant six ans. L’organisme de certification, basé à Rennes, a multiplié les rencontres auprès d’associations engagées dans le handicap (APF), de professionnels et d’architectes experts en « inclusive design », de bureaux d’étude (Normall) et d’acteurs du bâtiment mobilisés autour de l’accessibilité pour tous.

De nombreux retours d’expérience ont été étudiés. « Après avoir analysé comment la loi était appliquée sur le terrain, nous nous sommes aperçus qu’il y avait un différentiel nivelé vers le haut entre la mise en œuvre des travaux et ce qu’impose la loi », détaille Sophie Lucenay, responsable développement chez I.Cert. En clair, constructeurs, BET, gestionnaires, etc. vont souvent au-delà des obligations légales. « C’est à partir de ce constat que nous avons construit ce label », ajoute Sophie Lucenay. Deux ans ont été nécessaires pour constituer « BAC » et ses 82 critères.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X