Immobilier

Accelération du repli du marché immobilier britannique en juillet

Les prix de l’immobilier au Royaume-Uni ont diminué de 1,7% par rapport à juin et de 8,8% en glissement annuel, selon l’indice mensuel publié jeudi par la banque Halifax.

Le prix moyen d’un logement en Grande-Bretagne est tombé à 177.351 livres (225.235 euros) après 180.344 livres en juin, a précisé la banque dans un communiqué. C’est le quatrième mois de suite que l’indice ressort en baisse sur un an, et le recul annoncé est plus important que prévu par les économistes, qui tablaient sur une baisse de 1,5% sur le mois et 8,7% sur l’année, d’après l’agence Dow Jones Newswires. En juin, les prix ont baissé de 1,9% sur le mois et 6,1% sur l’année. Les prix sont revenus à leur niveau de juin 2006, souligne Halifax, filiale du groupe bancaire HBOS spécialisée dans les prêts immobiliers.
Elle a cependant souligné que les prix de l’immobilier étaient encore un tiers (34%) plus élevés qu’il y a cinq ans.
Elle s’est de nouveau montrée rassurante en estimant que le marché immobilier restait soutenu par « un marché de l’emploi solide, des taux d’intérêt bas et une pénurie de logements neufs ».
« Le marché du travail est le principal facteur du marché immobilier et le nombre de personnes ayant un emploi est à un niveau record », a-t-il constaté.
Howard Archer, chef économiste du cabinet Global Insight, a indiqué qu’il voyait le prix de l’immobilier baisser de 15% en 2008 et de 12% en 2009, soit de 26% depuis leur pic d’août 2007. Il considère que les aléas sur cette prévision sont à la baisse, « notamment si le Royaume-Uni souffre d’une récession plus importante qu’attendu et si le chômage progresse de manière marquée ».
En particulier, l’économiste encourage le gouvernement à ne pas différer trop longtemps l’éventuelle exemption temporaire de droit de timbre (entre 1 et 4% du prix d’achat de la maison en fonction de son prix, quand celui-ci est supérieur à 125.000 livres) qu’il a laissé espérer, afin d’éviter que les ménages ne dépriment encore un peu plus le marché en différant un achat pour en bénéficier.

AFP

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X