Culture

A Villenave-d’Ornon aussi, l’enfer (architectural) est pavé de bonnes intentions

C’est notre confrère Sud-Ouest qui s’en fait l’écho : les «embellissements» d’une église brutaliste des années 1960 effectués par les paroissiens eux-mêmes ne sont pas nécessairement pertinents, ni du goût de tout le monde…

Caroline Mazel est architecte, fondatrice et directrice de l’agence Médiarchi depuis 2003, agence destinée à tous les «curieux d’architecture». Elle réagit dans les colonnes de Sud-Ouest, sous la plume de notre confrère Hervé Pons, à la récente «mise en beauté» de l’église Saint-Delphin de Villenave-d’Ornon (Gironde)…

Cet ouvrage en béton, volontiers brutaliste, date des années 1960. Il est signé des architectes Salier-Courtois-Lajus-Sadirac. Elément remarquable du patrimoine du XXe siècle, il a fait l’objet d’«embellissements» plus que critiquables, de la part des paroissiens eux-mêmes. Un «maquillage» qui dénature l’édifice en partie…

Article complet à lire ici [abonnés]…

Voir aussi sur ce blog…

 

 

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X