Aménagement

A Toulouse, le directeur de l’Anru prend le pouls des opérations de renouvellement urbain

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Urbanisme - aménagement urbain

Dans le cadre de son tour de France des 200 quartiers prioritaires, le directeur général de l’Anru Nicolas Grivel a visité, le 3 avril, les opérations de renouvellement urbain de la Ville de Toulouse. Il a terminé sa visite par la pose de la première pierre d’une résidence abritant logements et services de proximité au cœur de La Reynerie dans le Grand Mirail, un des quatre quartiers d’intérêt national de la Ville Rose.

Le 3 avril, à Toulouse, dans le quartier de la Reynerie, la pose de la première pierre de la résidence «Les Balcons du lac», réalisée sous maîtrise d’ouvrage du groupe Les Chalets, a conclu la visite de Nicolas Grivel, le nouveau directeur général de l’Agence nationale de la rénovation urbaine (Anru), venu faire connaissance avec les acteurs locaux de la politique de la Ville et découvrir les quartiers prioritaires de la ville rose.

Sa visite s’inscrit dans une période charnière, qui est celle de la poursuite et de l’achèvement du PNRU(1) et celle de la construction du nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) pour les 10 prochaines années. Nicolas Grivel s’est ainsi concentré sur les quartiers d’Empalot, de Bellefontaine, de Bagatelle et du Grand Mirail, dont fait partie le site de La Reynerie, tous inscrits dans le Grand projet de ville de Toulouse (GPV), lancé il y a 13 ans, et tous retenus comme quartier d’intérêt national.

 

Nouveaux contrats de ville

 

La visite du directeur général de l’Anru s’inscrit aussi dans la phase de préparation des nouveaux contrats de ville qui doivent être signés avant l’été. A Toulouse, cela concernera les quatre quartiers d’intérêt national et un quartier d’enjeu régional (Les Izards). Dans le cadre du premier programme de l’Anru, le GPV de Toulouse a reçu 162 millions d’euros de dotations de l’Anru. Tout l’enjeu des discussions va servir à savoir si Toulouse aura une part importante des 5 milliards d’euros de l’Anru pour poursuivre les actions visant à réinscrire ces quartiers dans la dynamique de développement de la métropole toulousaine. A ce jour, elles n’ont pas permis de réduire le décalage entre une agglomération, habituée aux bons points, et des quartiers en «décrochage»: ghettoïsation d’une population issue de l’immigration maghrébine, désarroi social, chômage des jeunes, précarité, pauvreté, violence et trafics en tout genre.

 

Nouvelle dynamique

 

En tout cas, à La Reynerie, avec la résidence «Les balcons du lac», une nouvelle dynamique est lancée. Après les démolitions, place aujourd’hui aux constructions. Lors de la cérémonie de pose de la première pierre, les élus, représentants de l’Etat, bailleurs sociaux et organismes sociaux présents ont tous souligné l’importance de «nourrir l’espoir par des projets qui se concrétisent».

L’opération est importante à d’autres titres. Dans la logique de mixité préconisée par l’Anru, la future résidence abritera 74 logements, dont 8 en accession sociale à la propriété, mais aussi des services de proximité: une halte-garderie, une ludothèque, un centre social CAF-mairie, la Maison départementale des Solidarités, une surface commerciale.

En parallèle, les travaux ont démarré pour repenser les espaces publics en suivant les préconisations de l’équipe de maîtrise d’œuvre composée de Jean-Marie Fayel de l’Atelier Bernard Paris, du paysagiste Alain Marguerit de l’Atelier des Paysages et des sociologues du cabinet Bazar Urbain. Un des points clé du projet est de renforcer le cœur de La Reynerie avec la construction de logements et le réaménagement de la place Abbal. C’est justement sur cette dernière place que se construit La Résidence «Les balcons du Lac», point de départ d’un cheminement piétonnier allant jusqu’au campus de l’université Jean-Jaurès (ex-université du Mirail), au nord de ce quartier conçu par l’urbaniste-architecte grec Georges Candilis.

 

Fiche technique

La résidence «Les balcons du Lac»

Maîtrise d’ouvrage: Groupe Les Chalets.

Maîtrise d’œuvre: A&A architectes, MS Architectes.

Entreprises: Stibat (gros œuvre), ERS (étanchéité), Scan (menuiseries extérieures), PMMA (serrurerie), Massoutier (plâtrerie), Somepose (menuiseries intérieures), Euroceram (sols durs), EPE (peintures), Comminges électricité (électricité), AG Therm (CVC), Kone (ascenseurs).

Surface totale du terrain: 9 000 m2.

Livraison prévisionnelle: fin 2016.

Coût de l’opération (74 logements): 7,9 millions d’euros TTC.

Financements:

– logements PLUS/PLAI, 6, 2 millions d’euros au total dont 536565 euros (Anru), 161 876 euros (conseil départemental 31), 143 000 euros (Toulouse Métropole), 4677556 euros (prêts) et 713 108 euros (fonds propres);

– logements PLS: 1,7 million d’euros euros au total dont 1,4 million d’euros de prêts et 254 422 euros de fonds propres.

 

(1) Le Programme national pour la rénovation urbaine (PNRU), institué par la loi du 1er août 2003 pour la ville et la rénovation urbaine, prévoit un effort national sans précédent de transformation des quartiers les plus fragiles classés en Zones Urbaines Sensibles (ZUS), effort qui porte sur les logements, équipements publics et aménagements urbains. Sa mise en œuvre a été confiée à l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru).

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X