Aménagement

A Toulouse, l’urbaniste Joan Busquets a livré le port de la Daurade embelli

Mots clés : Gares, aéroports - Métier de la construction - Transport maritime

Le 11 juin, les Toulousains pourront accéder au port de la Daurade après une année de travaux d’embellissement. C’est une des réalisations inscrites dans le projet urbain «Toulouse centre» conçu par l’urbaniste catalan Joan Busquets pour moderniser le cœur de ville tout en respectant son histoire.

A Toulouse, après la place Saint-Pierre inaugurée le 21 mai, c’était au tour de la place de la Daurade de l’être ce mardi 7 juin quelques jours avant son ouverture au public le 11 juin. Les deux aménagements conçus par l’équipe de maîtrise d’œuvre conduite par l’urbaniste catalan Joan Busquets s’inscrivent dans le projet de Grand parc Garonne, qui vise à créer une continuité sur une trentaine de kilomètres sur les deux rives du principal axe naturel de l’agglomération toulousaine.

 

Patrimoine

 

Cette reconquête des bords de la Garonne est l’occasion de revaloriser le patrimoine architectural, naturel et paysager du territoire. L’agence TER et le bureau d’études BIFCL, qui ont conçu le plan guide du Grand parc Garonne, ont identifié plusieurs séquences dont une située au centre-ville de Toulouse baptisée «les ports et les quais historiques». Cette même séquence est un élément du projet urbain «Toulouse centre» de Joan Busquets qui a également fait de la reconquête de la Garonne un élément central.

Ainsi, sur la place de la Daurade, le parti a été pris d’alterner dallage en grès des Pyrénées (soit une superficie de 2 700 m2) et calades de galets de Garonne (970 m2), tout en plantant pelouses et arbres sur l’espace central. La lumière conçue par le designer Marc Aurel joue un rôle important sous forme de quatre grands mâts multifonctions, 16 colonnes piétonnes, 31 appliques de mise en lumière des murs ou bien encore 70 plots encastrés au sol.

 

Confortement des digues

 

En 2017, ce sera au tour du port Viguerie, situé en face, sur la rive gauche, de trouver une nouvelle jeunesse: végétalisation du parvis central, installation d’une coursive piétonne en crête du mur de la digue qui sera restaurée sont quelques-unes des actions prévues.

Dans ce secteur du centre-ville, le confortement des digues en béton et la restauration des quais patrimoniaux sur les deux rives, soit environ 3 km au total, font partie du programme. Toulouse Métropole va conduire les travaux sur les murs-digues du centre-ville dites de «Saget», initialement sous maîtrise d’ouvrage de l’Etat avec le principe d’un partage (40% ville/60% Etat) des 23 millions d’euros nécessaires. Il s’agit de remplacer les briques foraines endommagées ou manquantes, de rejointer au mortier traditionnel à la chaux, d’enlever la végétation ainsi que de nettoyer les corniches et éléments de pierre. Les travaux de restauration, qui ont débuté au niveau de la place de la Daurade, vont s’échelonner jusqu’à 2020.

 

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage: Toulouse Métropole.

Maîtrise d’œuvre: Joan Busquets – BAU B (mandataire), Agence Michel Desvigne (paysagiste), Egis et Marc Aurel (lumière).

Entreprises: Exedra, Lherm TP, Caro, Thomas & Danizan (voirie); Eiffage et Spie (éclairage); Id Verde (espaces verts); Caujolle (restauration des murs digue).

Coût: 4,2 millions d’euros TTC (place de la Daurade); 6,5 millions d’euros (place Saint-Pierre); 6,8 millions d’euros TTC (port de la Viguerie).

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X