Ingénierie

A Toulouse, Egis recherche l’efficacité en regroupant sur un même site ses équipes du bâtiment et des infrastructures

Le 5 mars, à Balma, en périphérie de Toulouse, Nicolas Jachiet, le PDG d’Egis, et Philippe Frey, directeur France de la branche bâtiment, ont inauguré des nouveaux bureaux abritant 200 des 330 personnes employées en Midi-Pyrénées. Dans cet espace de 6 000 m2 en location, le groupe d’ingénierie y a regroupé ses équipes des activités bâtiment et infrastructures à ce jour réparties sur l’agglomération.

Ils étaient près d’une centaine, architectes, chefs d’entreprises du BTP, industriels, maîtres d’ouvrage, à avoir répondu à l’invitation d’Egis qui inaugurait, le 5 mars à Balma, en périphérie de Toulouse, un espace de 6 000 m2 où sont désormais regroupées 200 des 330 personnes employées par le groupe d’ingénierie en Midi-Pyrénées. Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, a fait le déplacement pour honorer le bureau d’études, un des acteurs importants du BTP dans la région. Présent sur le territoire depuis 1964, il intervient aujourd’hui sur différentes opérations, telles que la rénovation des espaces publics au centre de Toulouse, l’aménagement du quartier de la gare à Toulouse, ou bien encore la construction de l’hôpital de Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées), la reconstruction par tranche de la cité universitaire Ponsan-Bellevue à Toulouse, et la réhabilitation des pistes et taxiways de l’aéroport de Toulouse-Blagnac.

 

Deux milliards d’euros de travaux

 

En comptant son activité à Bordeaux qui occupe 110 personnes, dont une vingtaine affectée au Laser Mega Joule, Egis intervient sur plus de 2 milliards de travaux par an dans le Sud-Ouest. La région Midi-Pyrénées est un des quatre principaux pôles d’Egis en France avec 10 % des effectifs totaux et un chiffre d’affaires de 32 millions d’euros. L’activité d’Avia, la branche d’Egis dédiée à l’ingénierie du trafic aérien, explique en partie ces chiffres.

Le regroupement des équipes est une réponse à la baisse de la commande publique, qui représente les deux tiers de l’activité du groupe. «En rassemblant pour avoir les compétences dans un même bâtiment», le PDG d’Egis, Nicolas Jachiet, veut ainsi favoriser les synergies pour plus d’efficacité et de transversalité.

 

International

 

Une autre réponse à la baisse de la commande publique en France est l’international, qui représente une part de 51 % dans l’activité. Ainsi, les équipes à Balma travaillent aussi bien sur un projet d’infrastructure au Congo que sur le projet de la ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse. Le PDG d’Egis, Nicolas Jachiet, a cependant plaidé pour que «l’international ne soit pas la seule variable d’ajustement». « Nous savons vendre à l’extérieur nos compétences. Mais on pourra faire rayonner le savoir-faire français, si on a de solides références en France», a-t-il insisté. Un appel entendu par Jean-Luc Moudenc, le président de Toulouse Métropole, qui a promis des projets, même s’il faudra faire des choix.

 

Focus

Avec 12 000 collaborateurs, Egis a réalisé 881 M€ de CA en 2013. Le groupe est filiale à 75 % de la Caisse des Dépôts et à 25 % d’Iosis Partenaires (actionnariat des cadres partenaires et des salariés).

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X