Logement

A Strasbourg, Sylvia Pinel fait conjuguer construction avec vivre-ensemble

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Entreprise du BTP - Gouvernement

Venue à la rencontre des élus et professionnels du BTP, la ministre du Logement a défendu ses mesures en faveur de la mixité dans le parc social, et vanté les mérites de l’habitat participatif.

Pour la sixième étape de son tour de France de la construction, Sylvia Pinel a rappelé aux élus et professionnels du bâtiment l’enjeu global de son plan de relance de la construction : « renforcer le vivre-ensemble et la qualité de vie ». La ministre du Logement a choisi d’appuyer son propos par plusieurs visites de projets au cœur du nouvel axe urbain des Deux-Rives. La journée a ainsi débuté avec la découverte du Pôle de l’habitat social de Strasbourg, regroupant depuis l’an dernier les deux principaux acteurs locaux du logement social que sont CUS Habitat et Habitation Moderne. Une semaine après la présentation de son plan pour favoriser la mixité dans le parc social, où le remembrement des organismes HLM a été posé en priorité, la ministre s’est félicitée de ce « modèle de coopération intéressant » entre les deux bailleurs, jugé « d’autant plus pertinent qu’il se situe à la bonne échelle, celle de la métropole ». Elle a aussi trouvé avec l’Eurométropole une collectivité volontaire pour expérimenter la gestion des attributions au niveau intercommunal. L’agglomération alsacienne avait pris les devants en lançant dès l’an dernier une réflexion sur un dossier d’attribution unique.

 

Bientôt une journée nationale sur l’habitat participatif

 

L’autre temps fort a concerné la promotion de l’habitat participatif, un dossier où la capitale alsacienne est en pointe avec une vingtaine de projets réalisés ou en cours. La visite des 14 logements du projet en accession sociale Ecoterra a fait dire à la ministre que « l’habitat participatif constitue une réponse appropriée et concrète au vivre-ensemble, à la fois dans la conception et dans la vie de l’immeuble ». Elle s’est aussi félicitée de « la qualité environnementale » de la plupart des projets en habitat participatif. Ce plaidoyer s’est accompagné de deux annonces : la tenue d’ici cet été d’une journée nationale réunissant les acteurs engagés dans la démarche, et l’élaboration en cours des trois décrets d’application de la loi Alur se rapportant à l’habitat participatif, sans précision de date. Leur publication permettra de lever plusieurs freins au développement de ce mode d’habitat, a indiqué la ministre, notamment sur la taille des projets.

Satisfecit sur le logement étudiant

 

Dans un registre plus classique, la présentation des projets retenus dans le cadre de l’appel à projets Ville de Demain a permis à Sylvia Pinel de découvrir deux projets emblématiques de l’EcoCité de Strasbourg : le projet de pieux géothermiques placés sous la résidence Sirius, qui permettre de loger un îlot de 91 logements, et le futur îlot bois qui comptera près de 400 logements au sein de quatre programmes, avec des hauteurs pouvant atteindre R+10.

Enfin, Sylvia Pinel a profité de la visite du chantier de la Maison universitaire internationale, qui accueillera à partir de la rentrée prochaine des étudiants et chercheurs pour des séjours provisoires dans la capitale alsacienne, pour rappeler le bilan d’étape très positif du « Plan 40 000 » sur le logement étudiant .

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X