Chantiers

A Strasbourg, les cygnes noirs commencent à dresser la tête

Icade a posé lundi à Strasbourg la première pierre des «Black Swans», les trois tours d’un total de 30 000 m2 conçues par Anne Demians qui se dresseront à 50 mètres de haut dans le nouveau quartier Deux-Rives de la capitale alsacienne.

La cérémonie de lundi a concerné les deux premières tours de 16 étages, dont la livraison s’échelonnera au long de l’année 2017. Elles déploieront respectivement 11 000 m2 et 9 800 m2 pour abriter au total 155 logements, une résidence-étudiants de 192 logements acquise par Swiss Life, un hôtel à l’enseigne Okko de120 chambres et sept cellules de commerces.

Le permis de la troisième tour a été déposé. Icade vise sa livraison en 2018. Elle développera près de 9 400 m2 dédiées principalement à 64 logements privés et à une résidence-services.

 

Couple gros œuvre/façade

 

La construction des deux premières tours se distingue par la réalisation simultanée du noyau en béton armé et de la façade aluminium, ce qui a occasionné la constitution d’un groupement entreprise générale/façadier entre Bouygues Bâtiment Nord-Est et Bluntzer (groupe Coralu). L’absence de voiles porteurs entre les noyaux et les façades facilitera les aménagements intérieurs.

Par ailleurs, le niveau de parking étant partiellement immergé, «un rideau de palplanches de 12 mètres de profondeur vient protéger les fondations constituées de 300 pieux», précise Jean-Emmanuel Rapp, chef de service travaux chez Bouygues Bâtiment Nord-Est.

L’ensemble du projet «Black Swans» représente un investissement de 100 millions d’euros. Le nom lui vient de la couleur noire qui domine les façades – avec le rouge et le bleu – et de la métaphore du cygne qu’a imaginée pour ce lieu Anne Demians, lauréate en 2012 du concours international d’architecture. La forme des tours n’a rien à voir spontanément avec celle de l’animal, mais l’architecte a cherché à retrouver une part de l’élégance qui lui est associée. Et comme des cygnes, les tours «dansent» sur le plan d’eau du bassin d’Austerlitz.

Le programme constitue un élément-phare de la reconquête de friches portuaires qu’entreprend la Ville de Strasbourg à travers son projet urbain «Deux-Rives» qui vise au final la construction de plus d’un million de mètres carrés pour 9 000 logements et 8 500 emplois. D’où le surnom de «tours Cygnal» qui n’a pas manqué de lui être attribué très rapidement.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X