Réalisations

A Strasbourg, l’architecte Dietmar Feichtinger installe la CAF dans son paysage

Mots clés : Architecte - Béton - Enfance et famille

Pour le nouveau siège de la Caisse d’allocations familiales du Bas-Rhin qui a ouvert au public mardi 26 septembre, l’architecte autrichien signe une conception qui privilégie la clarté et affiche sans complexe le béton apparent.

Signataire remarqué de la rénovation de la piscine de la Kibitzenau et des passerelles de la presqu’île Malraux, Dietmar Feichtinger (agence DFA) complète ses références strasbourgeoises par le nouveau siège de la Caisse d’allocations familiales (CAF) du Bas-Rhin. Le bâtiment a ouvert au public ce mardi, au terme de trois ans de travaux pour un coût d’opération de 24,8 millions d’euros. Il regroupe en un seul lieu l’ensemble des personnels locaux de la caisse, soit 450 employés, et il offre un accueil beaucoup plus clair et efficace en comparaison de son prédécesseur, incarnation du local administratif des Trente glorieuses.

 

«Présent mais pas imposant»

 

Ce nouveau siège, l’architecte autrichien établi en région parisienne l’a voulu «présent, mais pas imposant». La construction s’invite en effet dans un quartier, le Heyritz, dont l’urbanisation est, certes, récente, mais désormais largement bouclée. Or, plusieurs des immeubles livrés se caractérisent par leur profusion de couleurs, en premier lieu le Pôle de l’habitat social, le voisin immédiat. En conséquence, pour établir un contraste, DFA a retenu le blanc comme marque d’identité du siège de la CAF. Plus généralement, il a privilégié la recherche de la transparence et du lisse. Les traductions en sont plurielles: béton structurel apparent le long des murs et dans les cages d’escalier (à l’exception du socle, conçu en béton matricé teinté dans la masse), bois clair d’érable au sol, façade lisse qui «reflète le ciel et le paysage», bardage en verre émaillé ponctué d’inserts en acier inox et «jouant sur les reflets et les effets de brillance», souligne l’architecte. Le hall public, largement vitré, ouvre la perspective sur un autre élément fort de l’environnement qui préexiste: le parc du Heyritz aménagé pour valoriser la proximité de l’eau. Choix très marquant, le béton brut apparent «donne plus de lisibilité» à la réalisation, estime Dietmar Feichtinger.

 

Trois branches

 

A l’intérieur, les bureaux ont une profondeur de 5 mètres, ce qui doit assurer une «qualité optimale d’apports lumineux». De même, l’absence de faux planchers et de faux plafonds en zone latérale et l’absence de retombées de poutres en rive aident à maximiser la pénétration de la lumière du jour. Les voiles en béton armé remplissent la fonction de contreventement pour le respect des exigences parasismiques.

L’immeuble s’organise en trois parallélépipèdes qui forment une sorte de « U » pointu de sept étages et un attique. «L’étroitesse de la parcelle (1 920 m2 de surface au sol) a créé une contrainte finalement bienvenue: la compacité à laquelle elle oblige donne l’occasion de marquer un peu plus l’urbanité du lieu, prolongement du centre historique», expose Dietmar Feichtinger.

Il comprend deux ailes latérales Nord et Sud, dont la liaison est assurée par la salle du conseil, située dès le premier étage. Le choix de localisation dans les niveaux inférieurs de cet espace-clé traduit la volonté du maître d’ouvrage et de son maître d’œuvre de rompre, dans une certaine mesure, avec une logique «pyramidale» et impersonnelle. Les circulations sont conçues pour inciter à prendre les escaliers — vu comme un meilleur vecteur de rencontres et d’échanges — plutôt que l’ascenseur. La direction n’occupe «que» l’avant-dernier niveau, elle laisse la partie sommitale à un espace de restauration qui offre une vue imprenable sur Strasbourg et se prolonge d’une généreuse terrasse.

 

Fiche technique

Maître d’ouvrage: Caisse d’allocations familiales du Bas-Rhin;

Maîtrise d’œuvre: Dietmar Feichtinger Architectes; QuadriPlus, bureau d’études tous corps d’état (avec Katene, Cogeci, Procobat, Etamine et Thermibel); In Situ (ergonome co-traitant); Franck Tallon (graphiste sous-traitant);

Entreprises: Durmeyer (fondations spéciales); Costantini (gros œuvre); Atelier Bois (serrurerie); Bluntzer (façades); Stutzmann Agencement (menuiseries intérieures, agencement); CDRE (sols, chape, carrelage); Singer (parquets); Imhoff et Barcol-Air (chauffage, ventilation, rafraîchissement); Vincentz (électricité); Eiffage Energie (GTB);

Calendrier: attribution du concours d’architecte, novembre 2O12; travaux, de septembre 2O14 à juillet 2O17;

Surface de plancher: 9 65O m2;

Montant d’opération: 24,8 millions d’euros.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X