Réalisations

A Strasbourg, l’ancien silo à grains se remplit d’étudiants

Mots clés : Établissements industriels, agricoles, ICPE

Les premiers étudiants sont rentrés dans le silo à grains. Enfin, dans ce qui était un silo à grains. La Maison universitaire internationale (MUI) a ouvert ses portes il y a quelques jours, épilogue de la spectaculaire reconversion de la tour Seegmuller de 1934, une construction emblématique de l’ancienne activité portuaire aux portes du centre-ville.

Géré par l’association locale Amitel, l’immeuble de 13 étages prend place sur la presqu’île Malraux, épicentre du grand projet «Deux-Rives» de reconquête urbaine des espaces portuaires. Il dispose de 169 logements pour héberger des étudiants étrangers amenés à séjourner provisoirement à Strasbourg, tandis que son rez-de-chaussée abritera des services pour l’ensemble des étudiants internationaux de la ville.

Le pilotage du chantier est revenu à la Sers (Société d’aménagement et d’équipement de la région de Strasbourg). Compte tenu de sa complexité, la société d’économie mixte a choisi la formule de la conception-réalisation. Face à la candidature des majors, c’est un tandem régional qui l’a emporté: le cabinet Weber-Keiling associé à l’Alsacienne du bâtiment. L’équipe et ses sous-traitants ont bouclé en 20 mois l’opération de 17 millions d’euros HT qui a bénéficié de 5,7 millions de prêts de la Caisse des dépôts et de 6,85 millions de subventions réparties entre le département du Bas-Rhin, l’Eurométropole (ex-communauté urbaine) de Strasbourg, la région Alsace et l’Etat.

 

Démolition en nacelle de haut en bas

 

Les défis ont été nombreux pour l’Alsacienne du bâtiment. Ils ont débuté dès la démolition. «La dépose des anciennes structures s’est opérée de haut en bas, par sciage de gros blocs de béton de 6 à 7 mètres. L’opérateur descendait dans les silos au moyen d’une nacelle suspendue à un portique provisoire», relate Jean-Christophe Filez, directeur de la PME indépendante.

Les poteaux restants ont été fortement renforcés et un noyau central assure le respect des règles sismiques, il repose sur un imposant radier neuf de 400 m2. La reconstruction dalle par dalle a dû composer avec l’impossibilité d’aménager un ascenseur pendant une première phase, ce qui a représenté un challenge pour l’approvisionnement du chantier.

 

Rachat de la Manufacture des tabacs

 

Une nouvelle transformation de site industriel en cœur de ville attend la Sers pour la fin de la décennie: la Manufacture des tabacs dans le quartier de la Krutenau. La semaine dernière, elle a racheté cette ancienne usine Seita au groupe Imperial Tobacco pour 9,5 millions d’euros HT. Sur l’emprise d’un peu moins d’1,5 hectare, elle prévoit d’augmenter légèrement la surface bâtie, à 21 000 m2. Le pôle géosciences de l’université de Strasbourg s’installera sur 10 000 m2. Le solde doit se répartir entre la Haute école des arts du Rhin, une auberge de jeunesse ou un hôtel, un espace de coworking et 1 000 m2 de surfaces commerciales.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X