Industrie/Négoce

A Paris, Leroy Merlin mise sur l’intégration de services

Mots clés : Centre commercial - Magasin

Comme nous vous l’annoncions la semaine dernière, le 4e magasin parisien de l’enseigne ouvrira ses portes, place de la Madeleine, en juin 2018. Malgré sa petite taille -5000 m² – il sera le reflet de l’ensemble de l’offre. Mais devrait surtout se distinguer par une  offre de services (livraison, pose…) étendue. 

« Les professionnels du bâtiment ne forment pas le cœur de cible de Leroy Merlin. Le futur magasin de la place de la Madeleine à Paris ne proposera aucun aménagement spécifique à leur attention, que ce soit en termes d’achat ou d’enlèvement des marchandises et articles » a déclaré Olivier Studter, directeur du futur magasin, salarié de Leroy Merlin depuis 17 ans, et ex directeur du magasin de Montsoult (95), lors de la présentation officielle du magasin qui devrait ouvrir ses portes début juin 2018 et constituer la 4e implantation parisienne de l’enseigne.

« Ils seront néanmoins et évidemment les bienvenus » a aussitôt ajouté Olivier Studter, en précisant que le futur magasin, malgré sa taille réduite (5000 m² sur trois niveaux), proposerait l’ensemble de l’offre de l’enseigne, tant du côté des produits que des services. Certes, le point de vente n’exposera qu’environ 30 000 références, soit environ 2 fois moins qu’un autre, mais facilitera l’accès à l’ensemble de l’offre (100 000 références), notamment par l’intermédiaire d’une trentaine de bornes digitales…

A noter, l’absence de parking et les fortes contraintes imposées par la Mairie de Paris en ce qui concerne les livraisons qui ne pourront intervenir qu’entre 6h et 10h du matin. « Notre objectif est même de ne pas aller au-delà de 9h, compte tenu des conditions de circulation qui peuvent être très difficiles » précise Olivier Studter. Des conditions de circulation qui pourraient même se compliquer encore après le réaménagement de la Place de la Madeleine prévu par la Mairie de Paris d’ici à quelques mois. Raisons pour lesquelles l’enseigne proposera un service de livraison supporté depuis St Ouen (93) par la logistique de l’enseigne. 

Au-delà de la logistique, c’est bel et bien  du côté des services que devrait se situer la vraie spécificité du futur point de vente. « Nous avons des objectifs élevés en termes de services et même d’intégration de services » insiste Olivier Studter en rappelant qu’à l’heure actuelle, seulement 5% des revenus de l’enseigne proviennent d’une vente de produit associée à une prestation. « Nous pouvons et nous devons faire beaucoup mieux. Sans doute atteindre et même peut-être dépasser les 25% » affirme le directeur. Un objectif à mettre en relation avec les besoins et les attentes d’une population citadine qui représente, au-delà du 8e arrondissement parisien, un enjeu en soi pour l’enseigne. Un objectif qui pourrait permettre aux professionnels de l’agglomération de trouver une place de choix dans le dispositif.  

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X