Chantiers

A Paris, le marché Saint-Germain rénové pour être redynamisé

Au cœur du quartier de Saint-Germain-des-Prés, dans le 6e arrondissement de la capitale, le marché Saint-Germain termine sa mue qui devrait redynamiser cette zone commerciale.

La halle, construite au XIXe siècle à l’initiative de Napoléon, a connu plusieurs transformations dont la dernière remonte à 1991. Le bâtiment rectangulaire de 92 m x 75 m sur trois niveaux (un sous-sol, un rez-de-chaussée et un étage donnant sur une terrasse) abrite des équipements publics de quartier (auditorium, conservatoire, crèche, garderie, piscine, gymnase, parking) en sous-sol et à l’étage, le rez-de-chaussée étant réservé à un marché alimentaire et à une galerie commerciale. Le promoteur Banimmo, spécialisé dans l’immobilier de centres commerciaux, a acheté en 2008 la galerie commerciale et décidé sa complète rénovation pour redynamiser en profondeur cette zone d’activités. L’agence d’architecte DGLA, spécialisée dans l’aménagement de centres commerciaux, s’est vu confier le projet et Créatis, filiale de Spie Batignolles, le pilotage et la réalisation des travaux.

Le chantier, lancé en mars 2015, concerne essentiellement le rez-de-chaussée occupé par la galerie commerciale (hors halle alimentaire), soit une surface de plancher de plus 4 400 m² sur les 6 898 m² qu’occupe l’ensemble du bâtiment. Pour apporter plus de fréquentation au sein du marché, le projet consiste essentiellement à ouvrir les surfaces commerciales vers l’extérieur, sous les arcades.

Durant la période des travaux, la Ville de Paris a souhaité que ses équipements et la halle alimentaire restent en activité, ce qui n’a pas facilité la tâche de l’entreprise. Pour limiter la gêne sonore du chantier, Créatis a installé six balises acoustiques à différents endroits du marché. Un seuil sonore a été défini au préalable afin qu’une alerte soit déclenchée dès qu’il est dépassé. Autre contrainte : le peu d’espace disponible autour du marché Saint-Germain a limité les zones de stockage et de circulation des camions.

 

Ouverture des boutiques sur l’extérieur

 

La façade et les arcades étant classées, les équipes de DGLA et Créatis ont travaillé avec des architectes des bâtiments de France pour retenir les solutions de restauration les plus en adéquation avec l’ouvrage d’origine. Les pierres des arcades ont été nettoyées, les sols poncés et les plafonds nettoyés, repeints et éclaircis pour être équipés de nouveaux appareils d’éclairage Led.

Sous les arcades, les façades initiales ont été déposées pour être remplacées par un vitrage intégral retenu par des profilés en aluminium thermolaqué gris foncé, apportant un clair de jour plus important afin de favoriser l’apport de lumière naturelle.

Par ailleurs, la transformation de la structure du rez-de-chaussée a imposé le déplacement de certaines poutres à l’entrée du parking et en plancher haut de la piscine en sous-sol, pour reprendre les nouvelles charges. Au premier étage, les travaux ont consisté en la réfection de la toiture-terrasse (étanchéité et remplacement de l’isolation), avec la création de nouveaux puits de lumière pour augmenter l’apport de lumière naturelle à l’intérieur de la galerie.

Dans son marché, Créatis s’est engagé à livrer des coques brutes en avril 2016 afin de permettre à chaque commerçant de réaliser son propre aménagement. L’ouverture officielle de la galerie commerciale est prévue en septembre prochain.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X