Réalisations

A Paris, le Gaumont Alésia comme on ne l’a jamais vu

Mots clés : Architecte

Du cinéma du XIVe arrondissement, il ne reste plus que les arches. Une étape spectaculaire du chantier de restructuration de l’établissement menée par l’architecte Manuelle Gautrand. La phase de construction doit démarrer prochainement, pour une réouverture en 2016.

Le Gaumont Alésia joue, ces jours-ci, le fantôme du cinéma. De l’établissement du XIVe arrondissement de Paris ne demeure quasiment que ses arcades de béton, comme une carcasse de cétacé échoué. Une vision impressionnante mais momentanée. En 2016, l’établissement rouvrira après avoir été transformé par l’architecte Manuelle Gautrand. Maintenant que la phase de démolition de l’édifice, entamée en début d’année, est achevée, la reconstruction des salles obscures est sur le point de démarrer. L’agence d’architecture précise d’ailleurs que les arches de béton ont « été conservées pour l’instant dans un but technique pour permettre la construction des nouveaux voiles. Mais elles sont de mauvaise qualité et ne seront donc pas conservées. »

 

Attentes du public

 

Le cinéma qui avait été d’abord construit en 1921 sur ce carrefour animé a déjà connu de multiples transformations profondes et autres rénovations, jusqu’à ce que le groupe Gaumont-Pathé engage, il y a quelques années, dans la capitale plusieurs projets pour rendre ses salles devenues vieillottes plus conformes aux attentes du public actuel. Outre le Gaumont Alésia, sont aussi en chantier celui de Convention, dans le XVarrondissement, qui sera reconstruit par Jean-Pierre Buffi avec AIA Associés, et le Gobelins-Fauvettes, dans le XIIIe, dont le projet a été confié à l’agence Loci Anima.

 

 

Pour Alésia, Manuelle Gautrand a repensé l’accueil du public, avec pour objectif de le rendre plus fluide. Le hall deviendra donc traversant, permettant de relier l’avenue du Général-Leclerc jusqu’à la rue d’Alésia où un nouvel accès sera aménagé. Surtout, l’espace sera rendu plus généreux avec la création d’un atrium toute hauteur. Les volumes des huit salles, qui s’emboîteront les unes aux autres, seront clairement identifiables. Si bien que la sous-face des gradins permettra de créer « de petits amphithéâtres, des salles avant la salle », expliquait récemment l’architecte.

L’image, par ailleurs, s’échappera des écrans, pour aller s’afficher en façade. Le projet prévoit en effet que sur l’avenue du Général-Leclerc se déroulera un grand rideau de LED. Plus précisément, ce système sera composé de 12 rubans verticaux, vitrés et plissés, qui formeront une grande résille animée au rendu plus subtil qu’un simple grand écran.

 

Fiche technique

Maître d’ouvrage : Les Cinémas Gaumont-Pathé.

Maîtrise d’œuvre : Manuelle Gautrand Architecture, architecte mandataire ; T/E/S/S, ingénierie façades ; ON, concepteur lumière ; Khephren Ingénierie, structure ; INEX, fluides et ascenseurs ; Peutz, acoustique ; Vanguard, économiste ; Getrap, maîtrise d’œuvre d’exécution.

Surface SDP : 5 000 m².

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X