Projets

A Nantes, les soutiens du projet d’Arbre aux hérons s’organisent

Alors que la décision de lancer la construction de cet arbre-manège de 50 mètres de diamètre et 35 mètres haut pourrait être prise avant la fin de l’année, la Jeune chambre économique (JCE) Nantes Métropole Sud Loire lance un appel à parrainages pour financer ce projet évalué à 35 millions d’euros.

Ce projet fou est en partie une réalité. Une branche prototype sur laquelle les visiteurs des Machines de l’île peuvent déjà se promener donne une idée de l’importance du chantier. Cette structure en acier de 20 mètres de long qui traverse la halle des nefs pèse 20 tonnes. Elle a été construite en 2007 dès la première phase des Machines de l’île pour valider sa solidité, la sécurité du public et les principes de végétalisation. C’est est le premier élément d’une architecture monumentale qui comportera 22 branches au total et sur laquelle 400 personnes pourraient déambuler en même temps… si le projet voit le jour. Car, crise des finances publiques oblige, le sujet est devenu sensible à Nantes.

Avant de rendre publique sa décision de construire ce nouvel équipement qui viendrait rejoindre l’éléphant ou le Carrousel des Mondes marins, Johanna Rolland, présidente de Nantes métropole, a demandé une étude de faisabilité et d’attractivité. Elle pourrait se prononcer avant la fin de l’année mais une chose est déjà sûr, « ce projet ne pourra se faire que s’il y a un certain nombre de financements privés qui viennent y contribuer » a déclaré Johanna Rolland.

Organiser un financement privé de ce projet estimé à 35 millions d’euros, c’est justement ce que fait la Jeune chambre économique (JCE) Nantes Métropole Sud Loire qui jette les bases d’un futur Club des parrains avec les auteurs des Machines de l’île. « Grâce à des modalités abordables, toute entreprise aura la possibilité de parrainer l’une des 22 branches de l’arbre ou l’un des 40 bancs implantés au pied » explique la Jeune Chambre Économique pour qui « ce projet industriel pour notre territoire donnera une visibilité mondiale à Nantes ».

De fait, selon ses promoteurs, après environ 5 ans d’études et d’assemblage des quelque 1 300 tonnes d’acier, ce projet d’envergure permettrait au site des Machines de l’île de franchir le cap du million de visiteurs annuels (591 000 visites en 2014).

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X